Chasse du 07 Novembre 2010 en Petite Charnie

 

 

Chasse du 07 Novembre 2010

 

 

RDV en forêt de la Petite Charnie

 

Temps : pluie et bonne averse de grêle (sur la fin)

 

Chiens : 16 Chiens

 

Boutons présents :

 

  • M Serge GUILLET ( à cheval )

  • M et Mme Hubert GUILLET ( à cheval )

  • M et Mme Jean-pierre ROCHER

  • M Jordan ROCHER

  • M Michel POIDEVIN

  • Mme Patricia DUPONT

  • Mlle Amélie TERRIER ( à cheval )

  • Mlle Elodie FARCY ( à velo )

  • M Laurent LACROIX ( à cheval )

  • M Benoît BOUDIER ( à cheval et à pied )

  • M William ZALKIND ( à cheval )

  • M Etienne BELLIARD ( à velo )

 

Sympathisants et invités de l’équipage :

 

  • M Jean-François BELLIARD ( dit Ness ) ( à velo)

  • M Charles VELOT

Ainsi de d’autres sympathisants de l'équipage et invités de l’équipage notamment une partie de la famille Guillet, dont malheureusement je n'ai pas leurs noms et prénoms. Je m'en excuse!

 

La chasse :

 

 

Nous avons rendez-vous avec tout le monde à la petite maison de chasse en bordure de foret domanial de la «Petite Charnie »  à 11h30.

 

Un petit casse-croute pour ceux qui le souhaitaient puis préparation des chevaux et des hommes.

Quelques petites fanfares de début de chasse pour attendre le retour de Jean Pierre et Jordan partis poser les panneaux sur les routes avoisinantes. (Merci à eux pour leur travail)

 

Pour la deuxième chasse, nous nous déplaçons au carrefour du second étang de la forêt entre les parcelles 12 et 16. Après la remise des colliers aux jeunes chiens, nous partons fouler les parcelles 12,13, 17. Toujours pas de capucins en vue nous partons pour les parcelles 22,23, Jordan mène les chiens étant donné la futaie épaisse, impraticable à cheval. En milieu de parcelle 23, Toucan et Vichy se récrient et descendent cette parcelle pour se retrouver sur la route de la maison neuve sans qu’aucune vue ne soit sonné. Nous remontons cette parcelle avec les chiens pour travailler ce défaut. Après avoir travaillé ce défaut une bonne demi heure, Etienne aperçoit un capucin à l’endroit où l’ « attaque » eu lieu, mais après de nombreux appels et appuis les chiens peinent à emmener cette voie. Peu de temps après Jean-Pierre nous signale un capucin sortant de la parcelle 23 et entrant dans la parcelle 27 au niveau de la barrière. Nous accompagnons les chiens sur cette vue en prenant soins de les emmener par la voie. Les chiens se récrient peu, un capucin est vue par Ness (en manquant de lui faire faire la culbute) voulant rejoindre les pâtures toutes proches (autre côté de la route).Mais ce lièvre peut être apeuré par la vue de cette « grosse bête » (Ness) finira par rentrer en forêt. Les chiens seront arrêtés sur la ligne entre les parcelles 27 et 29 sur la vue d’un chevreuil se dérobant. Nous remontons la parcelle 27 pour retravailler ce défaut quand Serge nous signale un capucin entre les parelles 28 et 29. Les chiens sont mis sur cette voie sans beaucoup crier. Etienne aperçoit sur la ligne entre les parcelles 29 et 33, un animal sans savoir si c’est un lièvre ou un chevreuil cependant les chiens viennent sur la voie de cet animal mais sans grande convictions. Le maître décide de refermé la quête sur les parcelles 27, 28, 29 quand une grosse averse de grêle est venue perturber nos retours. La chasse semble belle et bien terminé tant le temps se dégrade de plus en plus avec des grêlons de plus en plus gros. Notre maître entame donc les premières notes de la Rosalie quand Vichy vient se rabattre dans une touffe de fougère en bas de la de la parcelle 29 au pied de la route. Peu de temps après nous entendons retentir bien aller sur bien aller, les chiens emmènent un capucin qui traversera la route pour nous offrir un salut dans le champ parallèle a cette route. La décision est prise de récupérer les chiens dans le champ afin de ne pas débucher, d’autant plus qu’une autre grosse averse de grêle vient achever cette journée de chasse.

Pour conclure, la voie ce dimanche ne devait pas être très bonne étant donné l’ardeur des chiens à empaumait la voie. Nous pensons que le capucin vu à de nombreuse reprise est le lièvre de chasse étant donné son caractère baladeur et peu craintif.

Nous décidons de rentrer à la maison de chasse, il est alors 16h, pour se sécher (cela ne sera pas du luxe) et surtout pour prendre un délicieux repas chaud.

 

CR d' Etienne BELLIARD dit «  Tien »

 

PS: Tien, tu es un très bon script de CR! La relèvre est assurée !!!!!

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site