Compte rendu de chasse 2010-2011

Chasse du 30 mars 2011 en Forêt domaniale de la Petite Charnie

 

Chasse du 30 mars 2011

 

 

RDV en forêt domaniale de la Petite Charnie

 

Temps : Temps couvert

 

Chiens : 18 chiens

 

Boutons présents :

 

  • M Serge GUILLET ( à cheval )

  • Mme Nicole GUILLET et son petit fils Alexandre

  • M Hubert GUILLET ( à cheval )

  • M et Mme Jean-pierre ROCHER

  • M Yannick HELARY

  • Mme Armelle DURAND ( à cheval )

  • Mlle Louise DURAND ( à cheval )

  • Mlle Élodie FARCY

  • M Jérôme GOUET

  • M Cédric BIGOT et son amie

     

     

Sympathisants et invités de l’équipage :

 

  • M Léon LALANDE

  • M Charles VELOT

     

 

La chasse :

 

 

RDV à 11h à la maison de chasse du « Pâtisseau »

Un petit rapport après la préparation des chevaux, pour nous annoncer la venue dans l'équipage de deux nouveaux participants:

  • Alexandre, qui s'est vu remettre la veste de la Garenne Tufféenne.

  • Mlle Louise DURAND, qui s'est vu remettre le bouton de l'équipage et fait aujourd'hui sa première chasse à cheval avec « Lord »

Ces petits nouveaux sont les petit-enfants de Serge et Nicole GUILLET.

Sans oublier le courage d'Armelle, une des filles de Serge et Nicole, qui s'est remise à cheval pour accompagner sa fille Louise.

 

Après ces remises de distinctions, et quelques fanfares nous nous portons au carrefour du « Grand étang » pour fouler.

12H 30, nous montons fouler dans la « Triponnière », puis la « Moulière ». Les chiens sont très distraits et collent aux voies. Quelques chiens font des bêtises sur un chevreuil, mais cassent dans la foulée.

Nous sautons la « ligne du milieu », passons en arrière du « petit étang » et montons vers le débucher. Les chiens rapprochent vers la « Basse Bosse », lèvent un lièvre vers la « Noë de Saule », mais la voie semble très difficile et délicate, car les chiens emmènent très mal leur capucin. Louise et son compagnon « Lord » sont très attentif à la chasse, mais les chiens chassent très dés-ameutés. Nous reprenons les chiens et attaquons un autre capucin dans la « Noë de Saule », dans les tailles de hêtres. La chasse tourne dans les hêtres et débuche à la « basse Bosse », mais décidons de faire une pause d'une heure, car les chiens ne chassent vraiment pas. Il est 15h, nous remontons à la maison de chasse.

16H30, nous remontons au niveau du « Grand étang » pour essayer de ré-attaquer. Nous foulons la « Triponnière » vers la RN D28. Les chiens rapprochent une voie, mais cette dernière ne semble pas meilleure qu'en début de journée. Nous chasserons un capucin qui se fera attaquer dans la « Triponnière » (parcelle 31), se fera tourner dans les plantations de hêtres et entre les parcelles 16 à 19, où nous déciderons de rentrer. Il est alors 19h, les chiens chassent mal et collent à la voie sans avancer, nous décidons de rentrer.

Nous décidons de retourner à la maison de chasse pour partager notre dernier repas de fin de chasse de la saison 2010-2011.

Il est juste de féliciter Louise, qui a tenue toute la chasse avec « Lord », en compagnie d'Armelle. Félicitation à vous deux.

 

La saison 2010-2011:

 

L'équipage a fait une bonne petite saison, avec beaucoup de chasses avec les équipages amis.

 

Merci aux équipages amis, aux boutons et sympathisants de la Garenne Tufféenne, pour cette saison.

Un grand « merci » à Serge et Nicole, Hubert et Sandrine, sans qui nous ne pourrions pas chasser !

Un grand « merci » à Laurent et Jean- pierre pour le soutien dans l'ombre lors de la saison, mais aussi hors saison. ( aide et entretien au chenil, assistance pour les chiennes, préparation de l’accueil des maison pour les chasses, .........)

 

 

 

 

Chasse du 10 mars 2011 en Forêt de Perseigne

 

Chasse du 10 mars 2011

 

 

RDV à « Blanche feuille » en forêt domaniale de Perseigne

 

Invitation de Mrs TAMISIER et PATART

 

Aujourd'hui, l'équipage de la Garenne Tufféenne invite le Rallye les Grands Loups et l'équipage des Pâtures d'en Haut.

 

Temps : beau temps

 

Chiens :

 

  • E.GT: 15 Chiens

  • R.GL: 10 Chiens

  • E.PH: 08 Chiens

 

 

Boutons présents :

 

  • M et Mme Serge GUILLET (à Cheval)

  • M et Mme Hubert GUILLET (à Cheval)

  • M Jean-pierre ROCHER

  • M Michel POIDEVIN

  • M Yannick HELARY

  • Mlle Élodie FARCY

  • M Laurent LACROIX

  • M Bastien LACROIX (à Vélo)

  • M Romain LIGOT (à Cheval)

 

 

 

     

Sympathisants de l'équipage:

 

  • M Jean-Michel LIGOT

  • M André TAMISIER

  • M Christian PATART

  • M Benoit DUPUY

 

 

 

 

Invités de l’équipage :

 

  • Rallye les Grands Loups:

     

  • M et Mme O. de la BOULLERIE (à cheval)

  • M JP THIBAULT

  • MARCASSIN

  • Jean-Baptiste

  • Jean-Pierre VENIERE

 

  • Équipage des Pâtures d'en Haut:

     

  • M Noël FROMONT et un bouton

     

La chasse :

 

RDV à 12h. Nous partons de « Blanche Feuille », montons en forêt et l'attaque ne se fit pas attendre. Notre capucin débuche et va pour sauter la route d'Ancinnes. Le débuché n'étant pas la meilleure des direction, nous reprenons les chiens et remontons en forêt pour ré-attaquer.

Chose faite, nous attaquons un lièvre à la « maison brulée ». La chasse va à la « tombe », recul à la ligne de la « verrière », fait le cailloutis et retourne à la « tombe », où notre capucin mets les chiens en défaut. Défaut que nous travaillons rapidement, sans rien, alors qu' « Anjou, Affût et Vénus » percent, suivies par certains cavaliers. Nous reprenons alors les chiens et recollons à la tête. La chasse reprend son cours, saute la ligne du « gravier » et rentre dans « cherel ». Les chiens sont appliqués, et malgré un léger balancé, la meute se récrit et relance le capucin de chasse en bordure de la route d'Alençon. La chasse repart bon train et « Colza et Aubois » prennent la tête. Élodie postée en avant nous sonne une vue. La chasse ressaute le « gravier ». Nous rallions alors à la tête, alors que notre capucin fait quelques doubles entre la « verrerie » et le « gravier ». La chasse monte au « gravier » et monte comme pour sauter la route d'Alençon. Mais heureusement Jean-pierre et Nicol, toujours au bon endroit comme à leur habitude, nous sécurisent les lieux. Les chiens sautent l'allée « marguerite », monte dans l'enceinte de la « lisière ». Là, notre capucin prend tous les layon dans cette parcelle de hêtres. Un petit défaut et nous repartons. Notre capucin est sonné dans le bourg de « Neufchâtel en saônois » par M. THIBAULT. Nous nous rendons donc à la vue. Notre animal rembuche, et descend aux « étangs de Guibert », saute le goudron, passe à la « vallée caget », longe le nouveau lotissement, et saute le goudron de M.COSNARD. La chasse longe la route d'Alençon et les chiens font un travail merveilleux, et Capucin se distingue du lot. Les chiens retombent en défaut chez M.GERVAIS. Serge et Tony observent notre capucin dans ses œuvres de ruse. Marcassin, Olivier et Noël sont alors à pied et interviennent très rapidement sur un change, qui se lève au nez des chiens. Sur de renseignement de Tony et Serge, et laissant faire les chiens, ils remettent ses derniers à la voie. La chasse repart de plus belle, saute la route de St Rémy-Neufchâtel au niveau de la déchetterie, fait tête vers la route d'Ancinnes, et là défaut. Notre capucin se lève au passage des chiens, descend à l'eau et fait le ruisseau , mais ces derniers ne le voient pas. Marcassin remet la meute à la voie et cette dernière porte bas leur capucin après 3 heures de belle chasse. L'hallali par terre nous est sonnée par Michel et Élodie. Aujourd'hui les chiens furent très appliqués et le parcours fût plus que magnifique et surprenant. Merci aux chiens.

 

Les honneurs du Rallye des Grands Loups et des Pâtures d'en Haut revinrent à Mme Nicole GUILLET et ceux de l'équipage de la Garenne Tufféenne à M. JP VERNIERE.

 

CR d'Hubert GUILLET

 

Chasse du 6 Mars 2011 à la Caillère

 

Chasse du 06 mars 2011

 

 

RDV à la « Caillère »

 

Invitation de M. Léon

 

Temps : très beaux temps (soleil ), mais beaucoup de vent

 

Chiens : 16 chiens

 

Boutons présents :

 

  • M Serge GUILLET

  • M et Mme Hubert GUILLET

  • M Jean-pierre ROCHER

  • M François DENIAU

  • Mlle Amélie TERRIER

  • Mlle Amélie DENIAU

  • Mme Cindy ORIOT et Margot

  • M Laurent LACROIX

  • M Benoît BOUDIER

  • M Jordan ROCHER

  • M Jérôme GOUET

  • M Cédric BIGOT

  • M Étienne BELLIARD

 

 

Sympathisants et invités de l’équipage :

 

  • M Jean-François BELLIARD

  • Nos amis chasseurs du lot de M. Léon

  • M Christian LANOU

 

La chasse :

 

Une petite collation (café/ croissants) dans la maison de chasse de Léon, pour accueillir tout le monde, suivi d'un petit rapport, ainsi que quelques petites fanfares de début de chasse pour bien démarrer cette journée.

Nous décidons de fouler en remontant vers la route de Villaine – Allières D-116, afin d'éviter de descendre sur les « huperies » (territoire de non droit)

Nous traversons cette route et voyons les chiens attentifs!!!

Tayaut! Mais ce dernier ne sera pas bousculé bien longtemps, car prenant la direction des « Huperies », nous reprendrons les chiens dès le premier balancé.

 

Nous ressautons la route pour foulé un champs de blé, mais les capucins très attentifs et nombreux, se dérobent loin devant nous!

 

Nous décidons donc d'en choisir un et de faire prendre tranquillement la voie aux chiens. Les chiens rapprochent tranquillement et lance leur capucin au niveau du « bas bouchage ». Notre capucin saute la route touristique d'Allières et descend vers les bois d'Allières . Les chiens ont du mal à emmener la voie en plaine, mais au bois, cette dernière se réchauffe. Nous tournerons au niveau des étangs d'Allières, pendant au moins 3 heures, allant de balancés, en bouts de voie.... La ballade fût bien sympathique pour les piétons , désolé pour les voitures!!! Nous tomberons en défaut final au niveau de l'engrillagement de l'étang au niveau des grands pins.

Les chiens lanceront un nouveau capucin « frais », qui montera en plaine en direction de « Tésse », mais les chiens furent repris et nous rentrerons au chenil.

Nous nous retrouverons avec les joyeux lurons de Léon à la « Caillère » pour partager un bon repas dans une ambiance bien amicale.

 CR de bibi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre plus jeune bouton:  MARGOT

 

Chasse du 23 janvier 2011 à St Maurice du Dèsert

 

Chasse du 23 Janvier 2011

 

 

RDV à Saint Maurice du Désert

 

Invitation de Mgr Maurice de GERMINY

 

Temps : Clair, frais avec du vent

 

Chiens : 14 Chiens

 

Boutons présents :

 

  • M et Mme Serge GUILLET

  • M et Mme Hubert GUILLET

  • Mgr Maurice Le Bègue de GERMINY

  • M François DENIAU

  • M Michel POIDEVIN

  • M Yannick HELARY et son amie

  • Mlle Amélie DENIAU et sa maman, Catherine

  • Mme Cindy ORIOT

  • M Laurent LACROIX

  • M Jérôme GOUET

  • M Cédric BIGOT

  • M Étienne BELLIARD

 

Sympathisants et invités de l’équipage :

 

  • M Étienne POIDEVIN

  • Mme Séverine GESLIN

  • M Gérard GESLIN

  • M Jean-François BELLIARD

  • La famille BLOT-DOLFUS

  • des amis de Mgr de GERMINY

 

La chasse :

 

RDV à 11h au château (manoir) du XVIIème siècle de Saint Maurice du Désert

 

L'équipage de la Garenne Tufféenne est très heureux de rendre honneur à l'invitation annuelle de Mgr Maurice de GERNIMY, qui est bouton de l’Équipage KERMAINGANT, Aumônier de la Vénerie Française et depuis l'an dernier bouton d'honneur de l' Équipage de la Garenne Tufféenne.

 

Comme chaque année, Mgr nous a dérouler le tapis rouge et reçu comme des rois, avec un accueil toujours aussi chaleureux de sa part et de son entourage, qui mériterait fortement qu'un jour d'être récompensé par une curée au manoir et les honneurs pour nôtre hôte.

 

Un « Accueil » chaleureux, mais aussi gastronomique, avec le traditionnel « pot au feu » d'avant chasse et les crêpes d'après chasse. Un grand merci aux cuisinières.

 

Ces quelques mots Mgr, pour vous remercier pour votre chaleureuse invitation qui ne sera jamais égalée dans nos cœur !

 

Nous tenions aussi à remercier fortement les riverains de Saint Maurice du Désert pour nous accueillir chez eux, et surtout Gérard, Séverine et Étienne, veneurs de l’Équipage de la ROIRIE, qui nous permettent de chasser et passer chez eux en toute quiétude.

 

Allez partons pour la chasse....

 

Rassemblement des boutons, veneurs, suiveurs, … dans le cours du Manoir, pour un petit rapport et sonner quelques fanfares d'avant chasse.

Nous découplons les chiens sur l'arrière du château et partons fouler la plantation au pied de l'église. Nous foulons le bois du parc et descendons vers la « verdras », quand une vue sonne par Michel et reprise par Mgr, retenti derrière nous au niveau de l'église. Un capucin était bien là, où nous l'avait signalé Mgr, et sous la protection de St Hubert. Nous remontons de suite sur le château et mettons les chiens à la voie. La meute empaume la voie à bride abattue! La chasse traverse le parc du manoir, descend dans la vallée vers la D18, puis longe les fonds. Cédric, porté en avant, nous annonce la vue sur le « Mont Oiselet ». En effet, notre capucin a pris un peu d'avance sur la meute, remonte de la « belle étoile », traverse le « Mont Oiselet », et descend vers la ferme de la « mare malet ». Les chiens sont un peu étirés, par la vitesse du courre et le dénivelé du terrain, mais sont appliqués et chassent bon train. La chasse saute la route, à la vue de Serge et monte dans le bois de la « mare malet », pour redescendre vers la « Garenne ». Une vue est sonnée à la « garenne », où deux lièvres sont vues par Gérard. La chasse longe le bois et fait tête vers les « vallée », puis remonte vers le « longuet ». Ness, en avant nous annonce une vue à la ferme de la  « fontaine de lierre ». Les chiens arrivent, mais de plus en plus étirés et avec du mal. ??????? La chasse longe la route des « vaux » et remonte vers le bois de la «  mare malet » pour casser au niveau d'une haie. Michel, quelques mètres en avant, nous annonçait une vue, d'un capucin longeant la route et remontant au bois de la « mare malet ». Nous reprenons les chiens et nous portons 50 mètres plus loin à la vue. Pour annoncer un défaut final!!!! ?????? croyez le, les chiens ne feront plus un mètre de la journée, …, quelques coups de nez, de gueule, mais rien!!! nous travaillerons le défaut en avant, en arrière, sur une grande étendue, sur une petite étendue et rien..., change, pas change,... tantôt pensant que notre capucin est gîté là à quelques mètres de notre défaut, tantôt pensant qui a filé..., mais toujours rien... ???? Les mystères de la nature et de la vénerie. Les chiens finiront par par perdre patience et faire quelques bêtises en fin de journée, mais sans grand mal.

Il est 17h, nous décidons de rentrer au manoir, bien triste du déroulement de cette chasse et de n'avoir pu rendre honneur comme il se doit et aurions aimé le faire à Mgr.

 

Chers amis, vous avez là, un très beau territoire de chasse,dur aux mollets, très agréable à chasser, mais bien mystérieux!

CR de Cédric

 

 

Chasse du 19 janvier 2011 en Petite Charnie

 

Chasse du 19 Janvier 2011

 

 

RDV en forêt domaniale de la «  Petite Charnie »

 

Temps : gelée du matin, beaucoup de vent, ciel clair

 

Chiens : 14 Chiens

 

Boutons présents :

 

  • M et Mme Serge GUILLET (à cheval)

  • M Hubert GUILLET (à cheval)

  • M Jean-pierre ROCHER

  • M Laurent LACROIX

  • M Cédric BIGOT

  • M Romain LIGOT (à cheval)

  • M Étienne BELLIARD (en vélo)

 

Sympathisants et invités de l’équipage :

 

  • M Jean-Michel LIGOT

 

La chasse :

 

RDV au « Pâtisseaux » à 11h pour le petit café d'avant chasse.

Nous partons à cheval du pavillon de chasse en direction du chemin jaune. Nous entrons en forêt, fouler dans la « Noë du Saule ». Les chiens lancent deux capucin (parcelle 27). Une chasse prend la direction du débuché et l'autre direction la « Triponnière ». Cette dernière sera arrêté pour rallier au gros de la meute. La chasse bute au chemin jaune et redescend vers la futaie de la carrière (32 – 33). Un léger balancé dans les fonds, quelques retours, la voie reprise par quelques chiens et une vue au chemin jaune, nous font débucher. La chasse sort en plaine, monte les « pâtisseaux » et vient buter aux « poulaillers » de la « Mercerie ». Les chiens tombent alors en balancé et effectuent de grands retours, lançant alors un capucin, puis deux... Malheureusement, Jean-Pierre et Nicole, voyant notre capucin de chasse remonter vers les « pâtisseaux » bien avant le défaut, n'arrivent pas à faire passer le message à Cédric , qui est à pied aux chiens et ce dernier laisse faire. Les chiens remontent alors en forêt avant d'être repris et arrêtés sur un défaut.

La population de lièvres semble être très dense en ce jour en plaine, car plusieurs autres sont vus prendre la fuite. Alors nous décidons de laisser tomber les retours en plaine et rentrer en forêt, essayer sur une vue de Laurent, donnée sur la chasse, qui descendait sur la « Triponnière »en début de laisser courre.

Nous redescendons donc au niveau de la ligne du milieu, à la vue (26) de Laurent, qui avait vu un capucin sortir de l'enceinte d'attaque et faire la ligne sur 800 m. Les chiens sont alors remis aux branches (18) et en refont progressivement. La voie se réchauffe, quelques chevreuils fuient, laissant quelques doutes sur la voie rapproché... mais faisant confiance aux chiens, nous avons le plaisir d'entendre un jolie récris et un « Tayaut! Tayaut! Tayaut!!!!!!!!!! ». Les chiens lancent notre capucin en pleine futaie!!!! La chasse monte et saute au chemin jaune, débuche sur le « haute Bosse » et file bon train. Les chiens viennent buter à la route de la « Bretonniere ». Hubert, sur place, voit notre capucin gîter dans le fossé... « Tayaut!!! » les chiens relancent leur capucin et remontent vers la forêt. Cédric, en arrière, voit notre lièvre revenir sur lui, et annonce la vue au saut du chemin jaune (17). Les chiens sont étirés, le terrain est lourd et la voie semble nous faire de plus en plus défaut! Au saut de la ligne, les chiens de tête balancent légèrement et relancent leur capucin une deuxième fois dans le fossé. La chasse remonte vers le centre de la « Noë du Saule » et se fait tourner dans les tailles de hêtre pendant un bon moment. Un gros sanglier et quelques chevreuils fuient alors l'enceinte. La voie semble de plus en plus légère, la chasse perd peu à peu de sa vitalité et les chiens balancent de plus en plus. Une vue est annoncé, avec quelques chiens..., pendant que d'autres continuent à tourner dans les hêtres. Nous rallions à cette chasse, mais peu de chiens accrochent à la voie. Nous travaillons cette chasse et décidons de retourner en arrière dans les hêtres, mais pas plus de d'accrocs sur cette parcelle. Nous travaillerons ce que nous pourrons sans malheureusement trouver de bonne voie. Beaucoup d'animaux debout, peu de voie, il est alors 16h30, nous déciderons de rentrer au RDV.

Des questions, sur la chasse, les chiens, la voie, sur nous.....!!!!!!??????

 

CR de Cédric

 

Chasse du 15 janvier 2011 à St Symphorien

 

Chasse du 15 janvier 2011

 

 

RDV à la ferme du « GROIN » à St SYMPHORIEN

 

Invitation due au Palmarès de la fête de la chasse de St Symphorien

 

Temps : humidité dans l'air avec beaucoup de vent

la voie semble être légère

 

Chiens : 13 chiens

 

Boutons présents :

 

  • M Serge GUILLET et sa petite fille Louise

  • M Hubert GUILLET

  • M et Mme Jean-pierre ROCHER

  • M François DENIAU

  • M Bastien LACROIX

  • M Cédric BIGOT

  • M Étienne BELLIARD

 

 

Sympathisants et invités de l’équipage :

 

  • M Jean-Michel LIGOT

  • M Alex DULUARD

 

La chasse :

 

RDV à 11h30 à la Ferme du « Groin » sur la commune de St Symphorien (72)

Après une petite collation, nous partons fouler les champs de cultures en arrière de la ferme, vers « la galainerie ». Nous foulons une vingtaine de minutes avant de lancer un gros capucin bien roux aux abords de « l'huilerie ». Notre lièvre étant sorti de son gîte à quelques 10 mètres d'Hubert et du paquet de chiens, se voit vite poussé par la fougue de la meute. La chasse monte vers « maupertuis ». Un petit balancé s'annonce! Mais ne dure que peu de temps, car Laurent, au saut la route, trouve, chose peu habituelle au lièvre, le vol-ce-l'est de notre capucin de chasse, qui monte en direction du « Jarry ».Les chiens empaument la voie et sautent la route du Tertre- Ruillé en Champagne. Les chiens chassent le nez au sol et sont très appliqués. Notre capucin descend en direction d' « Epineu-le-chevreuil », se fait balancer dans « les grandes Gouas », où chose très insolite nous trouvons 3 sangliers «  au gîte!!!!!! » à 50 mètres de nous. Les chiens sont intrigués, mais heureusement pour nous ne s’intéressent pas plus que cela aux sangliers. La chasse reprend son « courre » et tayaut!!!! Suivi d'une vue de Cédric en arrière du dispositif! Notre capucin est rusé!!! il longe de nombreuses haies sur des centaines de mètres, remonte à la route du Tertre, bute à cette dernière et est vu par Jean-Pierre, descendre dans un champ de chaume. Nous arrivons par la voie, mais avec beaucoup de mal, car le vent déporte les chiens de la voie. Arrivé dans le champ de chaume, les chiens tombent en défaut. Nous foulons pas loin d'une heure, ce dernier, qui au final sera maudit, et ses alentours. Rien !!!!! Il nous reste au final le bout d'un autre champ et une haie, que nous n'avons pas fait!! Et tayaut!!!!!!!!! Notre capucin est éventé par François et vu par « Affût » … Heu non, l'inverse, il est éventé par « Affût » et le bout de sa queue sera vu par François au saut de la haie. La chasse reprend de plus belles! Les chiens volent et nous distancent... La chasse redescend sur « les grandes gouas » d'Epineu-le-chevreuil, puis remonte sur le « Tertre », en effectuant la même boucle, comme au premier tour. Notre capucin se retrouve avec un peu d'avance... Laurent et « Aldo » postés en avant, voient deux lièvres venir au niveau de la route du « Tertre- Ruillé en champagne », l'un qui ne semble pas être notre capucin de meute, longer ce maudit champ de chaume et s'enfonce dans le blé et l'autre qui lui semble être le nôtre, entrer dans le chaume, mais sans en ressortir!!!! Maudit champ..., car arrivé à le vue de Laurent en chassant, les chiens tomberont en défaut, et malgré tout nos efforts et retours pour essayer de reprendre la voie ou relancer notre lièvre, dans cette parcelle aussi grande que trois terrain de foot, nous ne retrouverons jamais ce dernier. Il est alors 17h20, la nuit tombe, nous retournons chez notre hôte à la ferme du « groin » sur un air de rentré au chenil.

 

CR de Cédric

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site