Chasse du 29 Novembre 2009 à Montmarin

 

Chasse du 29 novembre 2009

 

RDV à Montmarin

 

Invitation de M. Lionel CHEVALIER, maître d'équipage du « Rallye le Tertre » par l'équipage de la Garenne Tufféenne

 

Temps : Gris avec beaucoup de vent

 

Chiens :  13 chiens pour la GT

              12 chiens pour le RLT

 

Boutons présents :

 

    M et Mme Serge GUILLET

    M Hubert GUILLET

    M Jean-pierre ROCHER

    Mlle Amélie TERRIER

    M Laurent LACROIX

    M Benoît BOUDIER

    M Cédric BIGOT

     

La chasse :

 

RDV à 12h, à la maison de chasse de Montmarin.

Nous montons au carrefour de la « marotière », sous un accueil des plus venteux, pour découpler.

Nous foulons la « troussière » en direction des bois du château de Montmarin, la « grande barre », les chiens rapprochent et la voie se réchauffe. Nous ne voyons rien devant les chiens, mais leur ardeur à la chasse nous laisse penser qu'ils ont bien lancé un capucin. La chasse remonte la « grande barre » , la «  bernardière ». Un lièvre sortant de son gîte en cours de chasse les laisse froid et les deux meutes collent à la voie! Les chiens sautent la route de « la bernardière-la marotière » et montent à la ferme de la « buraise ». Les vaches s'affolent un peu et mettent nos chiens en balancé, qui reviennent à nous. Nous reprenons les chiens, effectuons quelques retours en avant du pré aux vaches et « tayaut!!! », relancé. La chasse rebrousse chemin, retraverse la route, monte à la « bernardière », la « grande barre » et monte à la «  trousière », d'un train d'enfer. Notre capucin saute la route au niveau du virage du centre équestre de « Sargé », rentre dans la « marotière », descend vers le « cour d'étain », toujours d'un train d'enfer. Les voitures ont du mal à accrocher les chiens et ne parlons pas des veneurs à pieds, bien loin derrière tout cela! ;-)

La chasse longe toute la côte de la « cour d'étain » et rentre dans le bois de la « bicaise ». A la sortie du bois, les chiens montent dans les blés de la « bicaise » et filent vers le château de coulonges et ses bois. Les chiens tombent en défaut au passage de la route, non loin de ce dernier. Quelques vilains chevreuils se mettent debout au nez des chiens et font faire quelques bêtises à certains. Le temps pour nos boutons de remettre un peu d'ordre et attendre le reste de l'équipe « légèrement loin, très loin derrière », nous retournons au point de défaut pour effectuer nos retours. Nous montons sur nos retours, sur une vue de Serge et Nicole, mais les chiens n'en referont pas. De nombreux retours seront effectués, pendant prés d'une heure, de long en large, sauf sur les devants de la route, mais rien! Que des bout de voies, sûrement de l'aller! Nous restons persuadé que notre lièvre passe la route, mais n'avons pu procéder aux retours sur les devants, car nous serions rentré sur un territoire où, nous n'avons pas de droits de suite. Désœuvrée, nous effectuons encore quelques retours en arrières, tout en pensant à ré-attaquer! Nous remontons vers le « pressoir », les « ganeries », la « bicaise » en foulant. Les chiens prennent une voie dans le bois de la « bicaise », montent sur les « clayes », la « marotière », la « troussière » et le bois de « Montmarin », mais un vol-ce-l'est bien douteux et de nombreux chiens mettant bas, nous pensons que c'est sûrement une bêtise et reprenons cela.

Un peu dégouté de la fin de la première chasse, pour les chiens qui ont vraiment bousculés leur capucin, pour finir stoppés pour non droits de suite, car la seule sortie possible de leur capucin était en avant, les deux équipages décidèrent de rentrer au chenil.

Il est 16h, nous récupérons tout les chiens et rentrons à la maison de chasse, dans une ambiance toujours aussi conviviale au sein de notre équipe et de nos amis.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×