Compte rendu de chasse 2009-2010

Chasse du 11 novembre 2009 à Montmarin

 

Chasse du 11 novembre 2009

 

 

RDV à Montmarin

 

Nous invitons ce jour, nos amis de l'équipage PIQU'HARVILLE

 

Temps : gris , sans pluie, avec un peu de vent

 

Chiens : 13 chiens pour GT

15 chiens pour PH

 

Boutons présents :

 

  • M et Mme Serge GUILLET

  • M Hubert GUILLET

  • M Jean-pierre ROCHER

  • M Laurent LACROIX

  • M Jordan ROCHER

  • M Cédric BIGOT

 

 

Invités de l’équipage :

 

  • M Yvan HUBERT et sa femme, maître d'équipage de PIQU'HARVILLE, ainsi que quelques boutons de l'équipage

     

 

 

 

La chasse :

 

RDV à midi à la maison de chasse de Montmarin

Après un petit rapport nous décidons de partir attaquer de la maison de chasse en direction du bois de Montmarin.

Les chiens se rabattent rapidement sur l'ancienne ligne de chemin de fer et traverse la route de « st calais -épuisé ». Nous tombons dans les peupliers dans des hordes de chevreuils et arrêtons les chiens.

Nous décidâmes de remonter au carrefour de la marotière et d'aller attaquer sur le plateau dans la troussière. La journée s'annonce tendue, car de nombreux chevreuils surgissent devant les chiens. Nous foulons la grande barre, la bernardière, la buraise, les clayes et remontons vers la marotière, quand les chiens prennent une voie et filent direction les bois de la bicaise. Rien en vue!!! la chasse monte sur la bicaise , les chiens prennent beaucoup beaucoup d'avance..des chevreuils sont vus..??... la chasse entre dans la propriété du château de coulonches, où nous n'avons pas de droits de suite. Une partie des chiens (17) a été arrêté, mais le reste n'est arrêté que beaucoup de temps et de km après dans le bois de la perrière.

Nous revenons fort longtemps après sur la bicaise, pour ré-attaquer. Nous foulons la bicaise, le pressoir, les garneries, les bois de la bicaise, le cour d'étain, remontons sur le plateau de la marotière, passons la route, foulons la troussière et lançons un lièvre (enfin!!!). La chasse se divise en deux, car deux lièvres. Cédric et lolo en arrête une sur la petite barre et rallient sur le gros du paquet de chiens. La chasse contourne la ferme de la bernardière, traverse la buraise, les ganeries, les clayes, descend le cour d'étain, longe la route qui borde la braye et remonte vers le centre équestre. Les chiens traversent la route du centre équestre, remontent sur la troussière, la grande barre et deux lièvres,...., deux chasses se forment. Nous essayons de tirer sur le lièvre qui nous semblait être le bon, l'ayant vu faire son parcours sur le plateau. Mais le gros du paquet part sur le fuyard frais...!!!

Dans l'incompréhension et le bon fonctionnement général de la journée, quelques bêtisessur ces maudits chevreuils, nous arrêtons le reste de la chasse sur les javarières en bord de grand route et ddécidonsderentrer.

Il est 16h30.

Nous redescendons à la maison de chasse pour un petit pique-nique entre les deux équipage , dans la bonne humeur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chasse du 17 janvier 2010 à PANON

 

Chasse du Dimanche 17 janvier 2010

 

 

RDV à « PANON »

 

Invitation de M. François DENIAU (bouton de l'équipage)

 

Temps : gris et froid

 

Boutons présents :

 

  • M Serge GUILLET

  • M et Mme Hubert GUILLET

  • M et Mme François DENIAU

  • Mlle Amélie TERRIER

  • Mme Cindy ORIOT et Margaux

  • M Laurent LACROIX

  • M Benoît BOUDIER

  • M Jérôme GOUET

  • M Cédric BIGOT

  • M Benoit DU PUY

  • Mlle Amélie DENIAU

 

 

La chasse :

 

désolé, pas de CR!

Mais des photos:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chasse du mercredi 10 février 201O en Bretagne

 

Chasse du mercredi 10 février 2010

 

 

RDV en Bretagne

 

 

Invitation du master du « Vautraittt Tad Koz » à Servon sur Vilaine (35)

 

 

Temps : Couvert

 

 

Chiens : 19 Chiens

 

 

Boutons présents :

 

  • M Hubert GUILLET

  • M François DENIAU

  • Mme Patricia DUPONT

  • Mlle Élodie FARCY

  • M Jordan ROCHER

  • M Romain LIGOT

 

 

 

 

 

Sympathisants et invités de l’équipage :

 

  • M et Mme Jean-Michel LIGOT

  • M Étienne BELLIARD

  • M Jean Marc Noël (maitre d'équipage « des bords de l'Arguenon ») et David ( bouton des bords de l'Arguenon)

 

 

 

 

 

 

 

 

La chasse :

 

rdv 10h pour courir un lapin avec l'équipage du Grain de Foret

 

rdv 13h pour courir un lièvre

 

Le dégel est en cour, c'est mauvais signe!!!!

 

 

 

Attaque rapide dans un champs de colza d'un premier lièvre, mais le dégel ne nous permettra pas de le chasser. Enfin, que très peu de temps!!!

Nous décidons de ré attaquer, mais les chiens aujourd'hui, sont très désinvolte. Sûrement à cause de la météo et la neige dans l'air.

Nous calmons tout ce petit monde en se fâchant un peu, car il ne sera rien fait de bien dans ces conditions.

Le calme revenu, nous rentrons au bois. Là, nous lançons un beau capucin. Et cette fois-ci la sagesse revenue, les chiens l'emmène, mais ca ne charge pas comme a l'habitude, la voie se réchauffe. Romain sonne la vue! Puis Jordan ,une autre! Les chiens empaument avec difficulté, mais s'appliquent, Notre lièvre débuche. La voie est sans aucun doute meilleur, « Tayaut!!! », Relancé à vue! Notre capucin recule au bois. Les chiens chargent, ca va très très vite! Le temps pour nous d'arriver, nous retrouvons les chiens en défaut, « Vichy » se récrie ! Nous appuyons, mais nous nous apercevons qu'elle emmène le contre malgré elle, car elle manque de train. Arrivée en retard, nous la reprenons et faisons les devant au long du grillage et « Tayaut !!! » Relancé à vue!!!! Les chiens filent et crient à pleine gorge! Débuche! La chasse saute le petit goudron. Jordan et Romain sont aux devants! Quant à nous, nous avons pris la mauvaise option et la chasse de dimanche se fait ressentir dans nos jambes, Ça chasse plein pot et il ne reste plus que Romain en tête. Nous ne pouvons plus que compter sur lui!!

Le temps pour nous de trouver une voiture de relais, les chiens toujours très appliqués, sautent la grande route de « Servon ». Mais nous arrivons au bon moment!!! Relancé à vue!!, pour la 3éme fois. Notre animal accuse le coup, prend la grande route de « Servon » sur 50m, puis le goudron du « gros hêtre » sur plus de 500m. Les chiens chassent bien et sont toujours appliqués, Notre capucin rentre sur une prairie. Mais hélas, la météo va saccager tout le beau boulot des chiens, qui maintiennent la voie avec difficulté, sous une grosse averse de neige, qui durera 5 bonnes minutes, et qui hélas lavera la voie!!!!!

Nous travaillerons le défaut pendant plus d'une heure, mais les chiens n'en referont pas !!!!!!!

Nous sommes profondément déçu pour nos chiens, qui ont fait encore du super boulot!

La « Rosalie » est sonnée a 17h20

Nous rentrons au chenil de « Tésse » à 20h30

 

Un grand merci à Arnaud pour cette invitation et ce magnifique territoire!!!!!

 

 

Chasse du 7 février 2010 à Pérrochel

 

Chasse du dimanche 7 février 2010

 

 

RDV à « Pérrochel »

 

Invitation de M. le Duc Henry-Jacques CAUMONT LA FORCE

 

Temps : Gris

 

Chiens : 18 chiens

 

Boutons présents :

 

  • M Serge GUILLET

  • M et Mme Hubert GUILLET

  • M Jean-pierre ROCHER

  • M François DENIAU

  • M Michel POIDEVIN

  • Mlle Amélie TERRIER

  • Mlle Perrine GOUET

  • M Laurent LACROIX

  • M Benoît BOUDIER

  • M Jordan ROCHER

  • M Cédric BIGOT

  • M et Mme Henry-Jacques CAUMONT LA FORCE

 

 

Sympathisants et invités de l’équipage :

 

  • M Loïc Rocher

  • Mrs Jean-François et Étienne BELLIARD

 

 

La chasse :

 

RVD à 12h30 au château de « Pérrochel »

 

Petit casse-croute offert par notre master M. Laurent LACROIX

 

Petit rapport au péron du château, avec remerciement pour cette invitation, quelques consignes de chasse et quelques fanfares pour le départ de la chasse.

 

Nous partons fouler les ronciers devant le château, mais a part quelques chevreuils fuyant, nous ne voyons pas de lièvres.

Nous décidâmes de descendre vers l'arrière du château, en foulant vers les peupliers du fond de la propriété.

Les chiens quêtent, mais ne trouvent rien! Quand tout à coup, en descendant le champs de maïs, entre le château et les peupliers, « Tayaut!!! » Un capucin sort de son gîte. Les chiens le prennent à vue et filent à un train d'enfer. Nous restons presque surplace. La chasse descend dans les peupliers, jusqu'à la « Sarthe », puis remonte aux peupliers. Les chiens ont une bonne cadence et crient à pleine gorge. La chasse redescend vers la « Sarthe ». Notre capucin ayant pris un peu d'avance se tape dans un champs de labour, mais les chiens le relance dès leur arrivée. D'ailleurs selon Jordan, « il s'en est fallu de peu pour qu'il se fasse coiffé! ». Les chiens sont gaillards et reprennent leur capucin à vue. La musique est formidable. notre capucin, bousculé, traverse un bras de la rivière et reprend un peu d'avance. La chasse longe la « Sarthe » et descend droit sur le village de Saint Aubin de Locquenay. La chasse bat son plein!!!

Nous retrouvons les chiens en balancé dans le bourg de St Aubin. Nous reprenons les devants pour fermer aussitôt, mais rien!!! Hubert décide de faire ses retours en arrière, car il se demande si notre capucin à bien traverser la route du bourg. Nous effectuons des retours au niveau du pont. Les chiens quêtent, pourtant l'herbe est rase, un vrai gazon! Et « Tayaut!!! », relancé à vue au milieu des chiens! Notre capucin remonte vers la route, mais le nombre de boutons sur le goudron, le fait prendre une autre option. Notre capucin se dirige vers le pont, puis la « Sarthe » (cette fois-ci, ce n'est pas un bras de la rivière, mais belle est bien la rivière en elle-même). Mais devant l'étendue d'eau, il rebrousse chemin et revient se taper dans les chiens. Il s'en est encore fallu de peu, «des zigs, des zags, des zigs-zags » au milieu des chiens et des hommes, et se dernier réussi encore à se faufiler. Les chiens l'on bien dans le nez. Notre capucin remonte vers le bourg, passe entre les maisons et reprend de l'avance. Nous retrouverons les chiens en défaut de l'autre côté des maison sur une autre route du village. Quelques chiens percent, mais sans donner de voix, les chiens surallent la voix de notre capucin. Nous perdons un peu de temps, le temps de remettre tout cela en ordre et redescendons fouler vers le village. Nous ne retrouverons jamais la voix de notre capucin. D'autres lièvres aux alentours se mirent debout de leur gîte, entrainant les chiens sur quelques mètres, mais rien de bien bon!!! Nous travaillons notre défaut en peine perdue et décidons de retourner vers le château de « Pérrochel », en repassant vers les peupliers en fermant notre quête et au pire ré attaquer, mais nous ne trouverons rien sur notre passage.

Belle journée, mais triste journée pour nos chiens!!!!

Nous remontons donc au château au son de la « Rosalie »

Un grand merci à M. le Duc et un petite collation, avant de retourner dans nos chaumières.

 

Cr de Cédric

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chasse du 24 janvier 2010 à Montmarin avec l'équpage des portes de loudon

 

Chasse du 24 janvier 2010

 

 

RDV à Montmarin (41)

 

L'équipage invite M. Jeanick BOURAUD et son équipage l' « équipage des Portes de Loudon »

 

Temps : humide et gris, peu de vent

 

Chiens :

  • 14 chiens pour EGT

  • 10 chiens pour EPL

 

Boutons présents :

 

  • M Serge GUILLET

  • M et Mme Hubert GUILLET

  • M Jean-pierre ROCHER

  • M François DENIAU

  • Mme Patricia DUPONT

  • M Laurent LACROIX

  • M Jordan ROCHER

  • M Cédric BIGOT

  • M Romain LIGOT

 

 

 

 

La chasse :

 

RDV au « cour d'étain »

Nous débarquons les chiens au cour d'étain, et les chiens prennent une voie montant vers la « marotière ».

Cédric nous sonne une vue, sur un lièvre; qui avait du se dégîter à l'arrivée des remorques à chiens, et est monté se taper un peu plus haut sur la « marotiere » ; se remet debout à l'arrivée des chiens. Notre capucin monte sur les « clayes », la « ganeries », mais les chiens ont du mal à emmener la voie et tombentr en balancé. Nous effectuons quelques retours sur la « ganerie » et quelques chiens percent vers le bois de la bicaise, montent sur la « bicaise » et filent vers les terres de « coulonche ». Mais qui y a t il devant? Des chevreuils fuyant, les lièvres sortant de leur gîte,... beaucoup d'animaux vus, mais rien de sûre devant les chiens!!!

Les chiens sont très désameutes et plusieurs chasses se forment. Une chasse principalement est maintenue,mais nous file entre les doigts, tandis que les autres chasses sont arrêtées.

Cette chasse, avec une petite dizaine de chiens, remonte vers le « pressoir »,les « goévries », les « javarieres », les « minières », la « petite barre », la « grande barre », la « troussière », la « marotiere ». Puis au niveau du virage du club hippique, la chasse recule et remonte vers la « troussière ». Les chiens vont à un train d'enfer, et sont accompagnés seulement par la femme de M.BOURAUD et Christain en voiture ,ainsi queCédric à pied, mais bien loin derrière. La chasse remonte sur la  « grande barre », vient butter à la route de la « bernardière ». Le capucin vient butter à Cédric, et remonte sur la « petite barre », les « vault » et les « javarières ». Encore un parcours peu habituel, pour nos laisser courre à Montmarin. Nous retrouvons quelques chiens en défaut sur les « goévries », mais il manque 5 chiens à l'équipage « des Portes de Loudon ». Le reste des chiens et des hommes nous rejoint sur ce défaut. Nous travaillons, quelque peu ce balancé et les chiens prennent une voie fuyante, nous ramenant sur le « pressoir ». Les chiens travaillent bien, mais la voie semble être légère, comme une chasse de voie couverte. Nous continuerons sur cette voie, pendant un bon moment, jusqu'à tomber sur un lièvre au gîte, puis deux, qui nous emmena les chiens loin en avant et à une vitesse folle. Nous arrêterons les chiens fort longtemps après et un grand merci aux voitures. Prés d'une ½ heure après, nous retournons au point de défaut, mais vu l'heure tardive 16h30 et ne sachant pas ou retrouver les 5 chiens disparus de l'équipage des Portes de Loudon, nous décidons de partir à leur recherche. Chose faite, nous retrouverons les chiens en défaut, de l'autre côté de la nationale « Vendôme-St Calais ». Ces chiens avaient du maintenir leur lièvre en sautant la nationale et nous laissant en défaut de l'autre côté. Le dernier chien retrouvé à 17h30, nous décidons alors de sonner la rentrée au chenil et de rentrer à la maison de chasse pour se restaurer coin du feu.

 

Cr de cedric

 

podomètre: 13 km

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site