chasse du 9 mars 2009 en forêt de Perseigne

 

Chasse du 09 mars 2009

 

 

RDV  à Fontaine Pesée

 

Invitation de M. PATTARD et M. TAMISIER

 

Temps :    soleil

 

Chiens :     18 chiens dont 4  « C » 

 

Boutons présents :  

 

  à cheval :

 

·       M et Mme Hubert GUILLET

·       M Jean-claude GOUET

·       M Jérôme GOUET

·       M Benoît BOUDIER

 

 à pied :

 

·       M Laurent LACROIX

·       M Michel POIDEVIN

·       M Yannick HELARY

·       M François DENIAU

·       M Jordan ROCHER

·       Mme Isabelle GOUET

·       Mme Patricia DUPONT

·       Melle Elodie FARCY

 

Sympathisants et invités de l’équipage :

 

·       M Bertrand BOUDIER (à cheval)

·        

 

 

 

La chasse :

 

 

RDV à Fontaine Pesée à 13h  

Nous foulons l’enceinte des « houx jaunes », pendant 30 min, mais nous nous rabattons sur «  le pont des nauds », car nous ne trouvons pas de capucin.

Arrivé au « pont des nauds », Bertrand lève un lièvre, et tout de suite les chiens empaument la voie.  Ils sont criant et vont très vite ! La chasse file sur les « hantelle ». Une vue est sonnée par Benoît. Notre capucin rentre de nouveau dans le «  pont des nauds », saute le pierret de « vaubezon », le « bois au curé », débuche et rembuche aussitôt au « pont des nauds ». La chasse prend les « malzonnieres » et monte jusqu’au carrefour des « grands cerfs  ». Hubert le voit redescendre par le ruisseau pour rentrer dans les « hantelle », mais les chiens sont en balancé au carrefour des « grands cerfs », et seul Astérix arrive par la voie et maintien notre capucin. Le temps que les cavaliers fassent rallier le reste de la meute, Astérix saute le pierret des « hantelle », et de l’autre côté, tombe en défaut. Nous arrivons avec du retard et à pied pour travailler le défaut, car il y a des têtes de chêne dans tous les sens dans cette parcelle. C’est alors qu’Affût coule sous une souche au bord du pierret, et….. TAYAUT !!!!! Au pied de Jordan, Lolo, Elodie et Hubert !!! Le doute s’installe.... mais Jordan constate qu’il n’y a pas de gîte et que notre capucin était rasé dans l’eau. La chasse repart tambour battant, dans les « hantelle ».Dans « hantelle », nous tombons en défaut tout les 300m, mais les chiens relèvent a chaque fois très bien la voie. Hubert revoit notre capucin au pierret du « pont des nauds » avec peu d avance. Mais ce dernier décide, après 1h00 de chasse, de débucher !!!! Nous reprenons les chiens au premier défaut en débuché, car il y a une telle population dans cette zone,  que les lièvres se lancent aux quatre coins cardinaux. Si bien que c’est inchassable !!!! Il est  alors 16h45.

 

Nous décidons de rentrer en forêt et réattaquer au « bois au curé», sur un lièvre que Jérôme vient de voir. Hubert met les chiens à la voie. La meute  rapproche tranquillement. La voie se réchauffe un peu plus chaque seconde.  Une vue est sonnée sur le pierret et les chiens partent à une vitesse folle. C’est reparti !!! La chasse prend le «  pont des nauds », les «  hantelles », saute la « tranché des courbes », le « buisson rond », saute le pierret de la « verrerie » et longe le ruisseau sur plus de 800m. Les chiens sont criants et en veulent, ils montent dans la « verrerie », font un bout de la ligne du « gravier » et finissent par sauter la route d’Alençon – Mamers. La route d’Alençon est une route départementale, où la circulation est très intense ! Devant le danger de la route et la présence d’aucunes voitures et boutons de l’équipage sur cette dernière, Hubert décide de reprendre les chien. Malheureusement, les chiens en voulaient ! Et d’après les bûcherons travaillant sur le secteur, notre capucin n’avait et ne prenait plus beaucoup d’avance. La Rosalie est sonnée, il est 18 h.  Nous retraitons au carrefour de «  Blanche feuille »

 

CR d’Hubert GUILLET

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×