Chasse du 31 Décembre 2008 à Allière sur invitation de M. Jean-François NEGRE

Chasse du 31 Décembre 2008

 

Chasse à « Allières-Beauvoir » (72)  sur invitation de M. Jean-François NEGRE

 

 

 

Temps : froid (0°C), vent du nord, ciel couvert, avec beaucoup de brouillard sur les hauteurs de la forêt de Perseigne

 

Chiens : 21 chiens de découplés

 

 

 

Boutons présents :

 

   A cheval :  (5 cavaliers)

 

M Serge GUILLET

M. et Mme Hubert GUILLET

M. Laurent LACROIX

Melle Perrine GOUET

 

   A pied :  (8 boutons à pied ou motorisé)

 

Melle Amélie TERRIER

M. Benoît BOUDIER

M. Bastien LACROIX

M. François DENIAU

M. Jérôme GOUET

M. Jean-Claude GOUET

M. Jean-Pierre ROCHER

M. Cédric BIGOT

 

   Sympathisants :

 

M. Jean-François NEGRE (maître d’équipage du R.PERSEIGNE et locataire de la chasse d’Allières)

Melle Cindy ORIOT

 

 

 

RDV  au carrefour d’Allières au bout du chemin de la ferme de la « grande chaise », à 11h30.

12h, petit rapport en présence de M. Jean-François NEGRE, pour donner quelques consignes de chasse !

 

Nous décidons d’aller fouler les enceintes au dessus de la ligne de la ferme. Nous montons vers le ligne de la vierge et foulons en direction du château d’eau d’Allières, quelques chiens se récrient, mais sans grandes convictions ! Nous reprenons la meute et décidons de redescendre vers les étangs en foulant.

Nous repassons la ligne de la ferme, foulons les tailles de hêtres, le champs, passons la ligne de l’étang, montons vers les châtaigniers, le parc d’Allières, sans rien trouver. Nous rentrons dans les grands pins pour redescendre sur les étangs. Quand récrit des chiens en même temps que Laurent ! Tayaut !!! Un capucin vient de se dérober dans les pieds de Kakou, cheval de laurent. Un tayaut de Laurent, un lancé d’Hubert, un bien-allé de Cédric,…, un gros récrit de la meute, ça y est, après 1h30 de quête, c’est parti ! Notre capucin descend vers l’étang du bas, descend la carrière, où il mettra les chiens en difficulté. En effet, à la descente de la carrière, il y a juste « Vidocq », qui colle au derrière de notre capucin, ne le laissant pas trop respirer et ni réfléchir. Le reste de la meute surpris par la hauteur de la carrière, hésite un peu à descendre, ce qui crée une tête de chasse avec Vidocq.  La chasse passe dans les fonds marécageux de la digue de l’étang, prend la ligne du fond descend dans les hêtres en bordures de débuché, remonte dans les sapins direction « Pisani », pour redescendre vers l’étang du bas. Tout ceci à une vitesse fulgurante. Le reste de la meute servie par notre maître d’équipage, à du mal à emmener et empaumer la voie, sans doute car elle est couverte par le passage de vidocq. Nous parlons alors de voie couverte ! Notre capucin redescendant, vers les étangs, vient se taper dans les pieds de Cédric, qui entendant la tête faire une boucle, s’était porté en avant. Le lièvre se dirige vers les fonds marécageux  et en direction des cavaliers. Cédric attend Vidocq, sonne une vue suivie d’un bien-allé. Hubert entendant cela reprend ses chiens qui chassaient mal en voie couverte pour les remettrent à la vue. Mais un défaut soudain de Vidocq, fait que le reste de la meute et les membres de l’équipage arrivent sur un balancé. Balancé qui se transformera en défaut final, malgré les nombreux retours effectués en aval et en amont de notre défaut… ?????!!!!!!

      Nous remontons fouler vers les pins de la carrière, le parc d’Allières, les fonds d’Allières, les petits hêtres, les pins,… les chiens donnent quelques signes de nez et de gorges, mais rien de bien sûre ! Nous repassons dans les marécages de l’étang du bas, remontons vers la carrière, faisons les ronciers de la ligne des étangs, sans rien trouver !!!

      Nous décidons de remonter vers le RDV et faire les fourrés entre la ligne de l’étang et la ligne de la ferme. Nous rentrons en queue d’étang et remontons en foulant le long de la rivière. Les chiens volent une voie et s’enfoncent vers les hêtres. Un gros récrit, ça chasse a plein. Une vue est sonné par Bastien, suivi d’une vue de bibi, sur la ligne de bordures des près de la ferme. Notre capucin prend la ligne sur 15 mètres, redescendant vers la ligne de l’étang et re-rentre dans les hêtres. Les chiens surallent  un peu la voie, sont remis en bon chemin par Bastien, et rentrent dans les hêtres. Ca crie un peu moins !!! En effet, ce jour, les chiens chassent bien dès le lancé où a vue, mais dès que quelques mètres se passent la chasse devient moins allante et beaucoup moins vivante. Sûrement une voie quelque peu légère… !!! Les chiens traversent la ligne de l’étang, montent dans les pins, vers les châtaignés, descendrent au parc, la carrière, la digue de l’étang du bas, mais s’emballent un peu, tombant en balancé ! Dés retours sont rapidement effectués dans les pins, le tour du parc, la digue, sans aucune connaissance. Nous travaillons notre défaut à la carrière. Artiste s’en va le nez au sol, sans dire mots, puis le reste de la meute empaume la voie. Les chiens filent sur 100 m, puis balancé. Nous effectuons des retours en remontant le chemin des étangs et les pins en direction de la route d’Allières-beauvoirs/Villaines-la-carelle. Les chiens se récrient sur le chemin de l’étang, prennent les hêtres en direction du chemin de la ferme, passent dans le petit herbage au long de la route, passe prés du RDV, longent le chemin de la grande chaise, redescendrent dans les hêtres, mais chassant sans fougue ni conviction. Ils sont donc rappelés. Il est 17h, nous sommes au RDV, sans rien, la décision et donc prise de rentrer au chenil. Chevaux, chiens et hommes sont embarqués et direction « Tésse » pour donner un coup de main au chenil, ainsi qu’aux écuries et prendre un bon café bien chaud.

 

En attendant, la nouvelle année et le réveillon de ce soir !!!

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×