chasse du 23/03/2009 en forêt de perseigne avec piqu'harville

Chasse du 23 mars 2009

 

 

RDV  en forêt domaniale de Perseigne au carrefour de la « Moissonneuse », avec l’Equipage Piqu’Harville

 

Temps : ciel bleu avec beaucoup de vent

 

Chiens : 

 

·        16 chiens pour l’Equipage de la Garenne Tufféenne

·        15 chiens pour l’Equipage Piqu’Harville

 

Boutons présents :  

 

·        M Serge GUILLET (à cheval)

·        M Hubert GUILLET (à cheval)

·        M Cédric BIGOT (à cheval)

·        M Romain LIGOT (à cheval)

 

 

·        M Michel POIDEVIN (à vélo)

·        Melle Elodie FARCY (à vélo)

 

 

·        Mme Nicole GUILLET

·        M Laurent LACROIX

·        M et Mme Jean-claude GOUET

·        M Yannick HELARY

·        M Jean-pierre ROCHER

·        M Jordan ROCHER

·        M Benoît BOUDIER

·        M Jérôme GOUET

·        Melle Amélie TERRIER

 

Sympathisants et invités de l’équipage :

 

·        Une amie de M Yannick HELARY

 

 

 

 

Boutons et suiveurs de l’Equipage Piqu’Harville :

 

·        M Yvan HUBERT maître d’équipage de Piqu’Harville (à cheval)

·        De nombreux boutons de l’équipage Piqu’Harville à pied ou en voiture

·        A cheval : Jean-Marie, Marcel, Olivier LEMERCIER, Audrey

 

 

La chasse :

 

RDV à Villaines-la-carelle, à 12h45, afin de constituer la rame de véhicules pour se rendre au RDV de chasse.

 

RDV à 13h, au carrefour de la Moissonneuse, sur la ligne de la « Pierre Mademoiselle »

 

Un petit rapport, pour rappeler quelques consignes sur le territoire et rappeler notre plaisir d’inviter l’équipage Piqu’Harville à découpler avec nous.

 

Nous partons attaquer, nos trois maîtres d’équipage en tête, dans « Pierres Aïgues », sur une brisée de Laurent. Attaque qui ne se fit pas attendre ! (Très bonne brisée) Notre capucin saute la ligne de la « Pierre Mademoiselle », traverse la route forestière de la Vallée Letrie, saute la rivière et monte dans la « Valée Letrie ». La chasse se fait tourner un peu, mais la fougue des chiens, fît qu’a force de suraller la voie, ces derniers tombent rapidement en défaut. Nos maîtres d’équipage travaillent rapidement le défaut et décident de ne pas perdre de temps et partir réattaquer.

 

Nous retraversons la route forestière de la Vallée Létrie, et remontons en foulant dans « Pierres Aïgues ». Nous foulons en bordure de débucher « Nardos », la « Croix Gravelle »,  « Loup Mortier », traversons la route forestière des « 2 lacets », foulons le « Grand Etang », sans avoir connaissance de lièvres. Quand Michel resté en arrière, nous sonne la vue sur un lièvre qui se derobe derrière nous, au niveau de la ligne du clocher de Perseigne et la ligne de la pierre mademoiselle. Nous mettons les chiens à la brisée. Les chiens partent mollement, puis se récrient fortement. Les chiens sortent en débucher au dessus de l’Abbaye de Perseigne, puis descendent avec Jérôme, à une vue de Laurent en débucher en bordure de la route de bordure de Villaines-Neufchâtel. Nos deux meutes tombent en petit balancé dans un petit boqueteau en queue des étangs Guibert. Hubert et Yvan  descendus de cheval travaillent le défaut en remontant vers l’Abbaye. Les chiens reprennent une voie et longent en chassant l’Abbaye de Perseigne, puis prennent la direction  de Neufchâtel, buttent à la route la Vallée d’Enfer-Neufchâtel, remontent à la maison forestière de « Nardos ». La chasse traverse la ligne de la pierre Mademoiselle, rentre dans « Nardos », et tombe en défaut dans le « loup mortier ». Les chiens tombent en balancer au niveau de la «  source de Nardos ». Nos deux maîtres d’équipage laissent faire les chiens et font quelques retours en montant vers la parcelle en travaux forestiers de Nardos. Quand tout à coup, une chienne d’Yvan resté en arrière et surveillée par Jérôme et Cédric, travaillant son défaut, relance notre capucin dans une talle de houx, avant la tranchée du loup mortier. Une vue, un bien-allé de Cédric, une vue de Serge et nos deux maître d’équipages rallient avec le paquet de chien sur le relancé ! La chasse bât son plein, monte dans les  chateliers, traverse la tranchée de chatelier, traverse l’enceinte de la croix gravelle, traverse la tranchée des fous Bernard, traverse pierres aigues, descend à la route forestière de la Vallée Letrie. Les chiens tombent en balancé à la rivière de la Vallée Letrie, puis la chasse remonte et prend direction des « aiguillons », traverse la tranchée des fous Bernard, remonte vers «  croix gravelle », saute la tranchée des chateliers, refuse la tranchée du loup mortier et recul dans la croix gravelle. Puis défaut, presque au même endroit que le premier relancé. Nos maîtres d’équipage laissent faire les chiens, qui travaillent assiduement. Puis Jean-marie nous renseigne sur une vue de Michel, en avant, au niveau de la tranchée des fous bernard. Nous reprenons les chiens et partons à cette vue, tandis que toujours la même chienne d’Yvan arrive tranquillement, à son train et par la vue, à la vue de michel. Les chiens en refont bien en rentrant dans Pierres aigues et descendent vers la route forestière de Vallée Létrie, buttent à la route et remontent dans les sapins. La chasse tourne un peu au niveau des sapins dans pierres aigues et balancé. Puis défaut, de nombreux retours sont fait, les cavaliers descendent de cheval pour fouler l’enceinte, à la recherche de notre capucin, car il ne semblerait qu’aucune voie ne sort de l’enceinte. Nous foulons pendant prés de 40 minutes, quand nous arrive un renseignement de « Débucher » (piqueux du Rallye Perseigne) et des boutons d’Yvan, qu’un lièvre est vu faire la route forestière des deux lacets sur 100 mètres et rentrer dans l’enceinte de houx du loup mortier (ceci à quelques 500 mètres de l’endroit où nous nous trouvons en défaut) ???? Mais par où a-t-il pu sortir ? Ne trouvant rien, nous décidons de partir sur le renseignement. Mais le temps d’une heure s’étant écoulé, le vent et … peut être pas notre lièvre de chasse, les chiens n’en referont jamais !!!! Nous foulons pendant prés d’une heure l’enceinte du Loup Mortier, entre la tranchée du loup mortier et la ligne du clocher de Perseigne, mais en vain, malgré de nombreux retours.

Nos trois maîtres d’équipage décidèrent de sonner la rentrée au chenil. Il est alors 17h30.

 

Nous rentrons les chiens et chevaux au chenil et nous retrouvons à « Neufchâtel » à la maison des Randonnées, avec l’Equipage Piqu’Harville, pour un bon repas. Une soirée qui fût bien animé avec chansons d’après chasse et une très bonne convivialité entre les deux équipages.

 

Une soirée qui s’éternisa un peu dans la nuit avec Michel, Jérôme, Romain, Elodie, Cindy, Hubert, Cédric avec un excellent cru de digestif « vert » et un nouvel amis connus des lieux, M Ragot, pêcheur à l’écureuil et buveur de bière « pêche, calva »

Bonne crise de rires !!!!!!

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site