chasse du 22 fevrier 2009 à Tésse avec Piqu'harville

Chasse du 22 février 2009

 

 

RDV  au chenil de l’équipage à « Tésse »

 

L’équipage de la Garenne Tufféenne invite l’équipage Piqu’Harville

 

Temps : Couvert sur le matin et par suite ensoleillé

 

Chiens : 

 

·        15 chiens pour l’équipage de la garenne Tufféenne

·        15 chiens pour l’équipage Piqu’Harville

 

Boutons présents :  

 

·        M et Mme Serge GUILLET

·        M et Mme Hubert GUILLET

·        M et Mme Jean-claude GOUET

·        M Laurent LACROIX

·        M François DENIAU

·        M Benoît BOUDIER

·        M Michel POIDEVIN

·        M Yannick HELARY

·        Melle Amélie TERRIER

·        Mme Patricia DUPONT

 

De nombreux boutons de l’équipage Piqu’Harville présent pour accompagner leur maître d’équipage M Yvan HUBERT

 

 

La chasse :

 

RDV à 12h, petit rapport, afin de rappeler certaines consignes de chasse et de sonner quelques fanfares.

Les deux maîtres d’équipage montent en foulant la vallée du rutin.

Une attaque rapide qui se fait dans les  « champs du Brocard ». La chasse file bon train vers le haut rutin, saute la route de Panon-Villaines, puis celle de St Rémy-Villaines, rentre dans les bois à Chaumiton, redescend sur Neufchatel-Villaines. Les chiens sont arrêtés sur la rentrée en forêt de Perseigne.

Les chiens sont repris et nous remontons sur Villaines pour ré attaquer. Un capucin est lancé sur le plateau de Villaines. Les chiens chassent tambours battant. La chasse saute la route de St Longis-Villaines, monte sur la « attaquer », saute la route de Villaines-Allières, direction les bois attaquer Notre capucin, bien bousculer, recul et resaute la route de Villaines-Allières, prend la direction du « moulin à vent », recul encore et fait tête vers les « Gênetays ». La chasse resaute la route de Villaines-Allières, prend la direction de la forêt de Perseigne, rentre dans l’engrillagement des « Gênetays », traverse et ressort de ce dernier et monte en forêt dans l’enceinte de la « Bienne ». Notre capucin, toujours dans le nez des chiens, recul et saute le ruisseau de la « Bienne », passe sur la digue de l’étang attaquer, monte à la carrière et prend la ligne le long de l’engrillagement des « Gênetays ». Ce dernier, bien mal mené, est vu rentrer dans l’engrillagement, avec  «  beaucoup de chasse ».

Effectivement, cela fait environ 1h30 de chasse intensive, que les chiens bousculent notre capucin. Les chiens arrivent  en ce lieu et butent au grillage, qui les met en balancé. Nous reprenons les chiens, faisons vite les devants, mais rien. Nous rentrons dans l’engrillagement des « Gênetays », venons au balancé, mais rien ! Nous foulons pendant prés d’une heure et demi dans les « Gênetays », mais en vain.

Nos deux maîtres d’équipages décident donc de rentrer au chenil à 17h30.

 

Un petit casse-croûte/pique nique au chenil nous permit de refaire comme à l’habitude cette chasse, de long en large, et de reprendre quelques forces  avec une ambiance toujours des plus joviale.

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site