Chasse du 11 fèvrier 2009 en forêt de Dreux

Chasse du 11 février 2009

 

 

RDV  en forêt domaniale de « DREUX »

 

Invitation de l’équipage Piqu’Harville

 

Temps : Brouillard intense en partant du chenil, mais le ciel se découvre au fur et à mesure du  trajet. Nous trouvons la forêt de Dreux sous un soleil magnifique et des températures assez clémentes

 

Chiens :  

·        11 chiens pour l’équipage de la Garenne Tufféenne

·        15 chiens pour l’équipage Piqu’Harville

 

Boutons présents :  

 

·        M et Mme Hubert GUILLET (à cheval)

·        M Romain LIGOT (à cheval)

·        M Cédric BIGOT (à cheval)

·        M Benoît BOUDIER

·        M Jérôme GOUET

·        Melle Amélie TERRIER

 

 

Boutons et invités de l’équipage Piqu’Harville :

 

·        M et Mme Yvan HUBERT (maître d’équipage)

·        M Olivier LEMERCIER et son amie (ami de nombreux membres de la garenne)

·        Beaucoup de boutons de l’équipage Piqu’Harville (dont je connais quelques prénoms, mais par peur d’en oublier et de ne pas connaître tout le monde, je ne citerais pas)

·        5 cavaliers (Yvan, Jean-marie, olivier et son amie et Marcel), de nombreux suiveurs piétons et véhiculés

 

La chasse :

 

Départ du chenil à 9h30.

 

 Je m’en excuse par avance ! Ne connaissant pas la forêt domaniale de DREUX, je ne pourrais faire un CR précis.

 

RDV en forêt de Dreux (arrivant de Dreux, nous tournons a gauche au pavillon, prenons la ligne forestière du chenil et  rdv au carrefour suivant proche « des vieilles ventes »)

Accueil bien chaleureux avec nos amis de Piqu’Harville et autres amis veneurs et sonneurs !

Petit rapport d’Yvan pour donner quelques consignes et nous présenter à la région !

Départ pour la chasse avec de nombreuses fanfares sonnées par les excellentes trompes des deux équipages. Fanfares qui furent très vite stoppé, tellement l’attaque fût fulgurante, mais qui reprirent très vite pour agrémenter la chasse et pour le plaisir des oreilles.

En effet, partant vers les vieilles ventes, dans le triangle, les maîtres d’équipage et les chiens ne font que quelques 200 mètres avant de lancer un capucin. La chasse donne à plein, la voie doit être excellente. Pour le plaisir de tous, les chiens crient à cœur joie et à une vitesse folle, les trompes sonnent, Olivier, Romain, Yvan, Hubert, Jean-marie, Cédric s’en donne à pleins poumons. La chasse tourne beaucoup, revient vers le RDV, redescend vers les vieilles ventes, débuche, rembuche, saute de cailloutis du pavillon, se fait tourner dans les petits hêtres. Les trompes sonnent, les vues se répondent dans la forêt. La chasse retourne vers le RDV. Une chasse sur un petit cafouillis repart avec le paquet de chiens, tandis que notre capucin est maintenu à vue et relancé trois fois, par un chien de Piqu’Harville, suivi de trois autres chiens. Cette chasse est suivie par Romain, Oliver, Jean-marie et Cédric. Tandis qu’Yvan et Hubert sont parti reprendre le paquet de chiens, qui s’est un peu emballé sur un change. Malheureusement à leur retour parmi nous, notre chasse subit un petit balancé, qui devint un défaut bien long ! De nombreux retours furent effectués pendant plus d’une heure, en avant et arrière de notre défaut, mais en vain ! La fin de la journée nous laissera penser que nous avons pu passer sur notre capucin sans le lever. Cette chasse ne dura que 35 min, sans le défaut final, mais l’allure des chiens et le parcours effectuer, nous permet de dire que notre capucin fut bien bousculé !

 

Nos deux maîtres d’équipage décidèrent de partir réattaquer.

De retour au RDV, nous foulâmes entre la ligne forestière du château de « Sorel » et la ligne qui nous mène sur « les vieilles ventes ». L’attaque ne se fit pas attendre ! Deux meutes déchaînées, des cavaliers plein gaz, sonnant vues, sur vues, bien aller sur bien aller. Notre capucin ne veut pas se livrer, il se tape sans cesse au nez des chiens. La chasse tourne entre les vieilles ventes derrière le club hippique, le RDV et la rivière de l’EURE (pour situer), retourne vers le club, revient non loin du RDV. Notre capucin retourne vers son enceinte d’attaque. Les vues continuent de résonner dans cette magnifique forêt de DREUX.  Devant Romain et Cédric, notre capucin fait un hourvari et se tape au pied d’un arbre. Les chiens arrivent avec Yvan et Hubert, toujours par la voie et heureusement, car au moment ou notre capucin est relancé par le paquet de chien, à 1 mètre de ça, un autre lièvre sort de son gîte, pour semer la zizanie. Il est emmené à vue par un chien. Deux lièvres dans un carré de 10 mètres avec 26 chiens ! Cela mettra un peu de bazar, mais la situation fût vite rétablie et tout le monde empauma le bon capucin. La chasse bât son plein, prend la direction du club hippique, mais change tout à fait de direction. Notre capucin a décidé de prendre son parti et s’enfonce vers Sorel, saute la « D21.7 » (route de Bu- Marcilly  s /  Eure) et entre dans le « brazais ». Au saut de la route, les chiens perdent un peu de vigueur, un balancé et ça repart ! La ligne suivante est sauté en chassant, puis défaut !!!! Des bouts de voies, sans convictions ! Cela fait 1h15, que nous chassons notre capucin. De nombreux retours sont effectués en long, en large, en avant, en arrière, pendant prés d’une heure. Hubert et Yvan se tirent les cheveux, mais rien d’autre que des petits bouts de voies. Et rien ne sort de l’enceinte!!!!! L’enceinte est faite encore et encore, et rien !!!!

Tranquillement et déçu, tout le monde remonte au carrefour pour envisager de rentrer. Tout le monde sauf Jean-marie arrivant en arrière de nous et soudain arrive au grand trot pour nous dire que notre capucin est tapé à 50 mètres de nous, dans un fourré au bord d’un sillon ! Sillon, que nous venons de remonter et par lequel nous sommes passé maintes et maintes fois !

Nos deux  maîtres d’équipage reprennent leurs chiens et nous descendons tous avec Jean-marie.  Là, le doute s’installe !!! Les chiens entrent dans le fourré et rien. Ils prennent une voie, mais sans convictions. Nous foulons autour du roncier. Et là, « TAYAUT » léger, mais libérateur!!! Nous laissons les chiens faire ! Notre capucin ne bouge pas d’un millimètre, les chiens passent dessus, marchent autour de lui et presque dessus.  Hallucinant !!!!  Puis un chien d’Yvan, pose son nez dessus et ….Hallali !!!!

Les trompes laissent résonner leur joie au son de l’hallali qui envahie toute la forêt de DREUX.

 

La curée fut faite sur la pelouse devant le château de « Sorel »

Les honneurs furent faite a M Jérôme GOUET, ainsi qu’a Joël, un bouton de l’Equipage Piqu’Harville

Une magnifique curée fut sonnée avec un super chant final, ainsi qu’un grand retour !

 

Nous fûmes invité à la maison forestière de « Sorel », chez un bouton de l’équipage Piqu’Harville, pour nous restaurer autour d’un bon  pique nique, avec une très bonne ambiance.

 

Retour au chenil à 23 h.

 

CR de bibi

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site