Chasse du 08 fevrier 2009 à Tésse

Chasse du dimanche 8 février 2009

 

Chasse au chenil de l’équipage, à « Tésse ».

 

Climat :   temps froid et couvert, gelée du matin, brouillard au sol

 

Terrain : terre de dégel, gras, glissant et collant aux bottes

 

Chiens :   21 Chiens dont 5 « C »

 

Boutons présents : 

 

·        M et Mme Serge GUILLET

·        M et Mme Hubert GUILLET

·        M et Mme Jean-claude GOUET

·        M Laurent LACROIX

·        M Bastien LACROIX

·        M François DENIAU

·        M Benoît BOUDIER

·        M William ZALKIND

·        Melle Amélie TERRIER

·        Melle Amélie DENIAU

·        Melle Perrine GOUET

·        M Cédric BIGOT

 

Sympathisants de l’équipage et Invités :

 

·        M Hubert BIGOT

·        M Clément PAPIN

·        M François LEROYER

 

La chasse

 

 

RDV à 11h au chenil de l’équipage.

Nous partons du chenil et foulons les champs de cultures en remontant vers la petite maison et le haut de la Vallée du Rutin. Nous foulons le bois du Rutin, remontant vers Villaines–la-carelle. Remontant sur le plateau, un capucin part dans nos pieds, mais un seul chien l’emmène, tandis que le reste de la meute continue sa quête en avant de nous. Nous laissons faire ! Les chiens travaillent le nez au sol, en rapprochant quelques voies fluettes et volatiles.   Ils passent le chemin de la ferme, en se dirigeant vers la route d’Alençon-Mamers, toujours en quêtant. Là, nous intervenons aux chiens, afin de reculer plus vers les terres, car nous nous rapprochons dangereusement de la nationale et le brouillard nous met en danger !

Reprenant les chiens, notre maître d’équipage descend vers la ferme et la carrière. Quelques chiens quêtent, avec François et Bastien, en arrière, au dessus du plateau de la ferme, dans un champ de blé. Ces derniers seront repris et nous rejoindrons un peu plus tard. « Nous rejoindrons », car le reste de la meute, partant de la carrière, remonte la vallée du Rutin, en prenant la jachère et les blés, direction le bourg de Villaines. Une quête un peu longue, et sans rien voir ou lever. Les chiens sont appliqués à la voie, mais malheureusement un peu trop collé, chercheur et travaillant sur des longues distances en nous sur allant largement. Un trop de liberté pour un soupçon de désordre !

Si bien qu’une fois la meute remise au complet, nous décidâmes de les encadrer un peu plus, en les reprenant un peu plus strictement. Nous remontons sur le plateau pour fouler les cultures. Mais  sans rien lever, faisons le tour du bois du Haut Rutin et redescendons la vallée du Rutin.

Dans un champs de blé, le chiens travaillent assidûment, empaument une voie, et « Tayaut !!! » Cette fois-ci, une belle attaque net, lancé devant les chiens ! Les trompes sonnent lancé, bien allé,… Notre capucin descend dans la vallée du Rutin, traverse le bois du Haut Rutin, longue le bois en remontant sur le plateau et en direction du cimetière. La chasse roule, on a beaucoup de mal à suivre. Elle bifurque et remonte sur le plateau, traverse le chemin de la ferme. Un petit balancé au passage de la haie et en début du blé. Puis relancé, la chasse traverse la route nationale d’Alençon-Mamers (heureusement le brouillard s’est levé !). La chasse passe l’ancienne voie de chemin de fer et traversent le bois en longeant la nationale et se dirigeant vers les entrepôts de la coopérative agricole. Les chiens tombent en défaut au pied de la coop, dans un champ de labour. Quelques retours sont faits rapidement. On entend alors quelques chiens, qui ayant fait leur retours très loin en avant, chasser vers le fond de la vallée, direction Panon. Quelques voitures anticipent et filent au devant  pour suivre ses chiens. Benoît aperçoit notre capucin remonter vers la route de Panon-Villaines. Et malheureusement dans un contrebas de cette route, Amélie D qui se portait aussi en avant avec William, ne peux rien faire d’autre que mettre un  « coups de patin, et voir au dernier moment notre capucin, sauter le devers et faire Paffff, sur le capot et la tête dans le pare brise » Il en fut terminé ainsi de notre chasse !!! Curée chaude et brève faite sur place !

Après ce malheureux accident, notre maître d’équipage décida de retourner ré attaquer pour le pas laisser les chiens sur cette fin, peu glorieuse.

 Nous décidâmes de remonter sur le plateau de « chemiton » sur la route de   St Rémy-Villaines. Nous foulons les maïs. Et là devant Cédric, à trois mètres, au gîte, « Tayaut ! » Un tayaut discret pour attirer l’attention des chiens, puis de plus en plus fort pour les faire venir et lever ce capucin ! Les chiens arrivent et « Tayaut !!!!!!» Notre lièvre est lancé au nez des chiens ! Beau lancé !!! Il prend la direction du cimetière de Villaines, saute la route de Panon-Villaines. Un train d’enfer !!!! La chasse descend vers le Rutin, traverse les cultures, file droit devant, travers le route de Villaines- St Longis, contourne la carrière, traverse la route du faîte, prend la direction de la Vallée, mais tourne et file vers Allières sur les terres de « Léon » . Le train d’enfer donné par les chiens, fait que nous arrivons avec beaucoup de retard sur la meute et retrouvons ces derniers en défaut sur la route de Villaines-Allières-Le Mesle. Malheureusement nous effectuons de nombreux retours en avant et arrière de notre défaut, mais en vain ! Ne retrouvant aucune voie et ne sachant pas où notre lièvre mis les chiens en panade, nous décidâmes de rentrer au chenil. Il est alors 17h.

 

18 km au compteur du podomètre de bibi.

 

Un bon coup de main au chenil pour soigner les chiens, ainsi que les chevaux et nous nous retrouvons autour d’une bonne table pour un bon pique-nique !

 

CR de bibi

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×