chasse du 07/12/2008

CHASSE DU 07 DECEMBRE 2008

 

RDV à Montmarin à 12h  avec l’Equipage Piqu’Harville

 

Temps : brumeux et froid

 

Chiens : 18 chiens pour l’Equipage Piqu’Harville

              18 chiens pour l’Equipage de la Garenne Tufféenne

 

Boutons présents :

M. François DENIAU

M. Hubert GUILLET

M. Laurent LACROIX

M. Benoît BOUDIER

M. Jean-pierre ROCHER

M. Jordan ROCHER

M. Michel POIDEVIN

M. Yannick HELARY

M. Cédric BIGOT

Melle. Périne GOUET

 

De nombreux boutons de l’Equipage Piqu’Harville, avec leur maître d’équipage M. Yvan HUBERT

 

12h30, rdv à la « Morotière ».

Nous foulons la morotière, le plessis, le bois de la biçaise, les ganeries, les clayes, les touches, les gats, la bernardière, le vault, en vains. Nous attaquons un lièvre à la grande barre. La chasse monte dans le bois de montmarin, remonte sur la trousserie, saute la route de marolles, traverse la morotière et descend à la rivière de la « Braye ». Les chiens tombent en défaut à la rivière. Yvan et Hubert font des retours. Une voie légère emmenée par Vidocq monte sur le pont de l’ancienne ligne de chemin de fer au dessus de la Braye. Les chiens en refont à la sortie du pont via Sargé-sur-Braye, mais seulement sur quelques mètres. De nombreux retours sont effectués, mais en vain. Les maître d’équipages décident de retraverser la rivière et refaire quelques retours côté montmarin.

Nous remontons à la billebaude, sur les clayes, où nous ré-attaquons. La chasse descendit sur le plessis, le bois de la biçaise, la biçaise et pris direction Rahay. Notre capucin bien bousculé fila droit devant lui et à notre grand malheur, alla trouver refuge dans les bois du château de Coulonge, où nous n’avons pas encore les droits de suite. Nous stoppons donc la chasse et décidâmes de repartir attaquer.

Nous foulons le pressoir, les goevries,  les touches, les gats, la bernardière, la buraise, traversons la route de marolles, descendons dans la grande barre. Un capucin est lancé par les chiens, traverse la route communale de la grande barre, traverse la petite barre, traverse la route communale de sargé, prend les minières, longe la route nationale « Blois-Rennes », enfin la nationale de St Calais, passe sur la commune de marolles, reviens par les javarières, le vault, la petite barre, les minières, vient buté à la route nationale de St Callais. Notre capucin recul aux voitures, refait la même boucle (Marolles les St Callais, les javarières, le vault, la petite barre). Une vue est sonnée à la route communale de la grande barre. La chasse remonte à la vue, traverse la grande barre, la trousserie, traverse la route de marolles, prend la morotière, où nous essuyons un petit défaut. La chasse remonte sur le haut de la morotière, écorne la pointe du bois des clayes, prend le plessis, les clayes. Relancé un pied d’une haie dans les clayes. Nous voyons en course parallèle notre capucin avec deux chevreuils. Petit moment de doute. Quelques chiens décrochent à vue sur les chevreuils, mais sont vite arrêté. La chasse traverse, les touches, les gats, la bernardière, la grande barre et file direction le bois de montmarin. Arrivé à la nuit, il est 17h, les chiens sont tirés et usés. Nos maîtres d’équipage décidèrent de rassembler tout le monde et de terminer notre laissé-courre. Sage décision, hommes et chiens bien fatigué !

 

Petit pique-nique à la maison de chasse du château de Montmarin entre les deux équipages au pied d’un bon feu de bois

 

Retour au chenil vers 20h

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site