Compte rendu de chasse 2008-2009

Vibrez avec nous

chasse du 30/03/2009 en forêt de Perseigne

Chasse du 30 mars 2009

 

 

RDV en Forêt Domaniale de Perseigne, au carrefour de la « Moissonneuse »

 

Temps : Soleil  

 

Chiens : 29 chiens (beaucoup de « C »)

 

Boutons présents :

 

·        M Serge GUILLET (à cheval)

·        Mme Nicole GUILLET

·        M Hubert GUILLET (à cheval)

·        M et Mme Jean-claude GOUET

·        M Jean-pierre ROCHER

·        M François DENIAU

·        M Michel POIDEVIN (à VTT)

·        M Yannick HELARY

·        Mme Patricia DUPONT

·        Melle Amélie TERRIER

·        M Laurent LACROIX (à cheval)

·        M Benoît BOUDIER (à cheval)

·        M Jordan ROCHER

·        M Jérôme GOUET

·        M Cédric BIGOT (à cheval)

·        M Romain LIGOT (à cheval)

·        M Guy René DE PIEPAPE

 

 

Sympathisants et invités de l’équipage :

 

·        Melle Cindy ORIOT

·        Mrs Gérard et Christophe HAMELIN

·        M de PIEPAPE

·        M Stéphane RAGOT dit BECKAM ( à partir de 22h)

 

 

 

 

 

 

La chasse :

 

RDV à midi sur la ligne de « pierre Mademoiselle » au carrefour de la « Moissonneuse »

Nous foulons l’enceinte de « NARDOS ». Dans un premier temps, nous insistons fortement sur la bordure de plaine, « Pierres Aigues », la « Croix Gravelle », le « Loup Mortier », le « Grand Etang ». Nous remontons vers la route forestière des « deux lacets », pour fouler un peu plus vers l’intérieur de Nardos. Nous remontons au « Loup Mortier ». Deux chevreuils se dérobent devant Cédric et malheureusement les jeunes chiens les prennent à vue. Au même moment, alors que nous partions les arrêter, « Tayaut ! » un capucin part dans les pieds d’Olcano (le cheval d’Hubert). Ce qui divise la meute en deux lots : les jeunes et brigands sur la voie des chevreuils et les sages sur notre capucin. Les deux chasses filent en parallèle sur les « chateliers », la « croix gravelle », les « Pierres aigues ». Pendant que nous essayons de stopper la course folle des jeunes, (Romain avec son fidèle « Raboliot » (jeune cheval d’Hubert) fait une heureuse et déchirante rencontre avec un arbre … mdr !!!!), la chasse du lièvre nous arrive dans le dos et les jeunes reculant viennent semer la zizanie dans la bonne chasse. Si bien que la chasse du lièvre s’arrête devant la fougue des jeunes. Nous mettrons quelques temps à reprendre l’ensemble afin de remettre sur la bonne chasse. Nous décidons de remonter vers la « Croix Gravelle », afin de reprendre la voie plus en arrière. Les chiens en refont tranquillement et se mettent à reprendre fortement la voie au niveau de la « tranchée des fous Bernard ». La chasse descend dans les « Pierre Aigues » et tourne quelques temps entre les genêts et les sapins. Hubert sonne une vue, les chiens viennent à Lolo et Benoît au niveau des grands douglas, et surhallent la voie jusqu’à la plaine ! Nous reprenons les chiens et remontons au niveau des pins et de la vue d’Hubert. Nous avons alors connaissance d’une vue de Serge, voyant notre capucin, faire la route forestière de la Vallée Letrie sur quelques mètres et remonter dans les « Pierres Aigues ». Nous descendons à cette vue, les chiens s’hydratent un peu à la rivière et remontent dans l’enceinte. Les chiens en refont un peu, mais nous tombons en défaut quelques minutes plus tard. Et malgré de nombreux retours, nous n’en referont jamais.  Nous décidons de repartir ailleurs, pour ré attaquer ! Il ne faut pas baisser les bras même pour la dernière.

Nous foulons prés d’une demie heure, puis un bon récrit, un débuché tambour battant ! Un lancé, par quelques chiens ! Notre capucin affolé malheureusement pour lui arrive droit sur romain qui avait une bonne quinzaine de chiens avec lui. La chasse tourne dans les pommiers de la « Verrerie ». Notre capucin est a vue devant les chiens et n’arrive pas malgré toutes ses doubles à prendre de l’avance. La chasse monte vers la route forestière du « garde général ». Notre capucin bute à Benoît et Cédric à la route, recule, et voyant la horde sauvage arrivée derrière lui, décide de revenir sur ses pas et saute la doute de la maison forestière du « garde général ». Notre capucin, sautant le fossé avec les chiens aux trousses et bien du mal, rentre dans « fouteau renard », longe la route sur quelques mètres et sur une double sera porté bas par les chiens.

Benoît sonne l’hallali par terre et heureusement me rappel à l’ordre devant tant de joie, pour sauver notre capucin d’une curée plus qu’incertaine. Merci Benoît ;-) , juste à temps !!!!

Nous remontons au rendez-vous pour faire la curée avec la plus grande joie du monde. Petite chasse, mais que du bonheur pour les chiots sur cette dernière prise, même si la chasse ne dura que quelques minutes !!!

 

La curée fût faite au carrefour de la « Moissonneuse »

Les honneurs furent faites à :

·        M Benoît BOUDIER par Serge

·        M Romain LIGOT par Hubert

 

17h30, nous retournons au chenil à Tésse pour prendre soins de nos chiens et chevaux et nous dirigeons vers la « Maison des Randonnées » à Neufchâtel, pour arroser cela, nous restaurer et faire l’assemblé général de l’équipage.

 

Une bonne petite réunion et un repas festif, comme il se doit à la Garenne Tufféenne.

Nous finirons la soirée (attention à ne pas en prendre une habitude !!!), avec un petit digestif et une ambiance de feu qui nous emmena tard dans la soirée.

Sans oublier, l’invitation à notre ami Ragot (carpiste à l’écureuil) ; rapidement accepté ; avec sa corne, pour finir la soirée avec nous, sous le signe de la bonne humeur, de la rigolade, avec journée pêche pour romain, dîner pour certains et paint-ball pour l’équipe en perspective……….. !!!!!!

 

CR de bibi

 

A la saison prochaine pour de nouvelles aventures !!!!!

chasse du 29/03/2009 à Allières

Chasse du 29 mars 2009

 

 

RDV  au carrefour du chemin de la « Grande Chaise »

 

Invitation de M Jean-François NEGRE

 

Temps : soleil  

 

Chiens : 24 Chiens

 

Boutons présents :

 

·        M et Mme Hubert GUILLET (à cheval)

·        M et Mme Jean-claude GOUET

·        M Jean-pierre ROCHER

·        M François DENIAU

·        M Michel POIDEVIN

·        Melle Amélie TERRIER

·        Melle Elodie FARCY

·        Melle Perrine GOUET (à cheval)

·        M Laurent LACROIX

·        M Benoît BOUDIER

·        M Jordan ROCHER

·        M Jérôme GOUET

·        M Bastien LACROIX

·        M Cédric BIGOT (à cheval)

 

Sympathisants et invités de l’équipage :

 

·        Melle Cindy ORIOT

·        M Eric DUPONT

·        M Alexandre NEGRE

·        M et Mme Ludovic GALZIN-NEGRE

·        M Clément PAPIN

·        M Thomas LELIEVRE

·        Mme Carole (bientôt) DENIAU

·        Une amie de M Michel POIDEVIN

·        M Christian LALEU

·        M Hugues DUPUY

La chasse :

 

RDV à midi, au carrefour de la « grande chaise »

 

Nous foulons sur la droite du chemin de la grande chaise, en montant sur Allières Beauvoir. Les chiens jettent leur feu, sur une voie, mais sans être vraiment franche. Nous montons ainsi jusqu’en bordure de domaniale vers le château d’eau d’Allières. Nous reprenons les chiens et redescendons  sur la vierge, la grande chaise en foulant.

Nous sautons le chemin de la grande chaise pour fouler l’enceinte entre ce chemin et la ligne des étangs. Les chiens se récrient et chasse en meute. La chasse longe le chemin des étangs, longeant la rivière sur la petite digue, saute la ligne des étangs, mais nous ne voyons rien devant. Tout le monde chasse, un parcours habituel de lièvre. La chasse monte vers l’engrillagement, redescend et longe les étangs. Petit balancé entre les deux étangs, puis récrit, mais toujours rien devant et les chiens sautent la ligne de étangs, traverse la queue de l’étang du bas, saute la rivière et monte en domaniale. Parcours bizarre ??????? Les chiens chassent à pleine gorge, et en paquet, mais déjà quelques « V » (vieux chiens pour nous), baissent de pied. La chasse monte vers « Pizani », la Vallée Brenne, les Hautes roches, avec beaucoup d’avance sur les boutons à pieds et à cheval. La chasse écorne le haut de prés de la ferme, fontaines aux porchers et monte loin devant nous, vers la ligne de la barrière blanche. Déjà beaucoup de chiens mettent bas, mais un bon paquet (surtout des jeunes) perce et saute la route d’ Allières – le Belvédère et descendent dans Vallée Barra, direction le Belvédère. Sûrement une bêtise, bien que nous sommes persuadé que les chiens ont bien lancé un capucin, mais où se fait la bêtise ???? Sans doute, que les chiens surhallent la voie en queue d’étang et lance une bêtise par la suite, car c’est là que cassent les « V ». Enfin Perrine et Cédric mirent pas mal de temps à reprendre les chiens sur …, merci aussi aux voitures (Benoît, Jérôme, Laurent, Christian et Jean-Pierre) pour le coup de main aux cavaliers.

Nous nous retrouvons tous au RDV et décidons de repartir attaquer vers l’engrillagement d’Allières, sur la route de Villaines. Nous foulons la futaie en bordure de l’engrillagement, les pins sur le dessus de la carrière, puis redescendons vers la queue d’étang, entre la ligne des étangs et le chemin de la grande chaise. Là encore, les chiens prennent une voie, rapprochent bien, on entend un bon récrit. La chasse monte vers le RDV, dans les tailles de hêtre, et les chiens tombent en balancé au chemin de la grande chaise. Et là encore, nous ne voyons rien et ne savons pas ce que les chiens chassent. Nous effectuons quelques retours et fermons les devants du débucher par la route longeant le parc du château, mais rien !

Nous continuons donc de fouler vers le haut d’Allières, redescendons vers la « Vierge ». Notre maître d’équipage Hubert, à pied, ayant passé son cheval à Carole, redescend vers les tailles de hêtre et décide de fouler l’enceinte de châtaigniers. Les jeunes prennent une voie de chevreuil fuyant et nous font redescendre sur les fonds d’Allières en dessous des étangs. Les chiens repris, une harde de grands animaux vient se jeter dans les chiens et  mettre un peu le bazar. Enfin, cela nous permis de les reprendre rapidement et de corriger quelques jeunes un peu trop brigands.

Et nous voilà, en futaie, autour des chiens,après une petite correction générale, ayant chassé, mais n’ayant pas vu ou fait un bon lancé sur un lièvre, à se demander si il ne valait pas mieux rentrer. Chose que nous allions sûrement faire à quelques secondes prés, quand tout à coup, à quelques mètres de nous, dans notre dos, Cédric, nous avons en « live », un capucin se débinant tranquillement et surtout discrètement. Une bonne occasion, pour donner une leçon aux jeunes chiens, qui venaient de se faire corriger sur des bêtises, de les remettre sur la voie de notre animal de chasse : Mr « le lièvre ». C’est parti, Hubert prend les chiens et « Tayaut ! Tayaut ! Tayaut ! ». Le Lancé !!! Les chiens prennent la voie, d’autres le prennent à vue, puis traverse un bout de débucher, rentre en forêt, vallée Brenne. La chasse monte en domaniale dans les grands pins, les hautes roches, direction « Pizani », puis redescend vers les fonds humides d’Allières. Un bien allé !!! Hubert appuis les chiens, Lolo dans les fond appel les chiens, à la vue du lièvre qui vient de se taper dans se bottes ! Les chiens chassent bien, viennent à lui et remontent vers le bas de l’engrillagement. (Mais ne partent pas sur la voie de son lièvre) Les chiens débuchent en dessous de l’engrillagement du côté Villaines. Elodie en surveillance sur zone, voit les chiens, mais rien devant et rien avant. Les chiens sautent la route touristique d’Allières – Villaines et montent en débuché sur l’axe principal d’Allières – Villaines, avec un lièvre devant eux !! (mon avis, si je puis me le permettre et cela n’engage que moi, et que les chiens surhallent encore la voie du lièvre de lolo, débuchent et lance un autre capucin en débuché, après avoir passé Elodie)

La chasse monte et saute la route d’Allières, faisant tête vers chez M Léon, longe cette dernière vers Villaines. Les chiens sont en balancé. Un lièvre est vu resauter la route de Villaines et redescendre vers la forêt et la champignonnière de Villaines. Le doute s’installant au moment du balancé, sur la sortie de forêt, nous tardons un peu à prendre une décision … ???!!! Que faire… redescendre à la vue de lolo ou remonter à la vue de Benoît et Jérôme en débuché

Nous décidâmes de remonter à la vue du débuché.

Les chiens se récrient, descendent et cassent à la route touristique, au niveau de la champignonnière. Des retours seront fait sur zone, ne trouvant rien, voyant l’heure tardive et le si peu de chasse concrète, nous primes la sage décisions de sonner la rentrée au chenil. Il est alors 17h 30 et il nous manque 6 chiens, que nous retrouverons rapidement.

 

Nous retournons au chenil à Tésse pour soigner chiens et chevaux et tout reconditionner pour la dernière chasse de la saison qui sera demain en forêt domaniale de Perseigne.

 

Nous nous retrouvons en terrasse au soleil, à Tésse, pour prendre un bon petit repas préparé par Cindy et Jérôme, sans oublier de remercier le reste de la famille GOUET (Jean-claude, Isabelle et Perrine) pour cet excellent repas.

chasse du 23/03/2009 en forêt de perseigne avec piqu'harville

Chasse du 23 mars 2009

 

 

RDV  en forêt domaniale de Perseigne au carrefour de la « Moissonneuse », avec l’Equipage Piqu’Harville

 

Temps : ciel bleu avec beaucoup de vent

 

Chiens : 

 

·        16 chiens pour l’Equipage de la Garenne Tufféenne

·        15 chiens pour l’Equipage Piqu’Harville

 

Boutons présents :  

 

·        M Serge GUILLET (à cheval)

·        M Hubert GUILLET (à cheval)

·        M Cédric BIGOT (à cheval)

·        M Romain LIGOT (à cheval)

 

 

·        M Michel POIDEVIN (à vélo)

·        Melle Elodie FARCY (à vélo)

 

 

·        Mme Nicole GUILLET

·        M Laurent LACROIX

·        M et Mme Jean-claude GOUET

·        M Yannick HELARY

·        M Jean-pierre ROCHER

·        M Jordan ROCHER

·        M Benoît BOUDIER

·        M Jérôme GOUET

·        Melle Amélie TERRIER

 

Sympathisants et invités de l’équipage :

 

·        Une amie de M Yannick HELARY

 

 

 

 

Boutons et suiveurs de l’Equipage Piqu’Harville :

 

·        M Yvan HUBERT maître d’équipage de Piqu’Harville (à cheval)

·        De nombreux boutons de l’équipage Piqu’Harville à pied ou en voiture

·        A cheval : Jean-Marie, Marcel, Olivier LEMERCIER, Audrey

 

 

La chasse :

 

RDV à Villaines-la-carelle, à 12h45, afin de constituer la rame de véhicules pour se rendre au RDV de chasse.

 

RDV à 13h, au carrefour de la Moissonneuse, sur la ligne de la « Pierre Mademoiselle »

 

Un petit rapport, pour rappeler quelques consignes sur le territoire et rappeler notre plaisir d’inviter l’équipage Piqu’Harville à découpler avec nous.

 

Nous partons attaquer, nos trois maîtres d’équipage en tête, dans « Pierres Aïgues », sur une brisée de Laurent. Attaque qui ne se fit pas attendre ! (Très bonne brisée) Notre capucin saute la ligne de la « Pierre Mademoiselle », traverse la route forestière de la Vallée Letrie, saute la rivière et monte dans la « Valée Letrie ». La chasse se fait tourner un peu, mais la fougue des chiens, fît qu’a force de suraller la voie, ces derniers tombent rapidement en défaut. Nos maîtres d’équipage travaillent rapidement le défaut et décident de ne pas perdre de temps et partir réattaquer.

 

Nous retraversons la route forestière de la Vallée Létrie, et remontons en foulant dans « Pierres Aïgues ». Nous foulons en bordure de débucher « Nardos », la « Croix Gravelle »,  « Loup Mortier », traversons la route forestière des « 2 lacets », foulons le « Grand Etang », sans avoir connaissance de lièvres. Quand Michel resté en arrière, nous sonne la vue sur un lièvre qui se derobe derrière nous, au niveau de la ligne du clocher de Perseigne et la ligne de la pierre mademoiselle. Nous mettons les chiens à la brisée. Les chiens partent mollement, puis se récrient fortement. Les chiens sortent en débucher au dessus de l’Abbaye de Perseigne, puis descendent avec Jérôme, à une vue de Laurent en débucher en bordure de la route de bordure de Villaines-Neufchâtel. Nos deux meutes tombent en petit balancé dans un petit boqueteau en queue des étangs Guibert. Hubert et Yvan  descendus de cheval travaillent le défaut en remontant vers l’Abbaye. Les chiens reprennent une voie et longent en chassant l’Abbaye de Perseigne, puis prennent la direction  de Neufchâtel, buttent à la route la Vallée d’Enfer-Neufchâtel, remontent à la maison forestière de « Nardos ». La chasse traverse la ligne de la pierre Mademoiselle, rentre dans « Nardos », et tombe en défaut dans le « loup mortier ». Les chiens tombent en balancer au niveau de la «  source de Nardos ». Nos deux maîtres d’équipage laissent faire les chiens et font quelques retours en montant vers la parcelle en travaux forestiers de Nardos. Quand tout à coup, une chienne d’Yvan resté en arrière et surveillée par Jérôme et Cédric, travaillant son défaut, relance notre capucin dans une talle de houx, avant la tranchée du loup mortier. Une vue, un bien-allé de Cédric, une vue de Serge et nos deux maître d’équipages rallient avec le paquet de chien sur le relancé ! La chasse bât son plein, monte dans les  chateliers, traverse la tranchée de chatelier, traverse l’enceinte de la croix gravelle, traverse la tranchée des fous Bernard, traverse pierres aigues, descend à la route forestière de la Vallée Letrie. Les chiens tombent en balancé à la rivière de la Vallée Letrie, puis la chasse remonte et prend direction des « aiguillons », traverse la tranchée des fous Bernard, remonte vers «  croix gravelle », saute la tranchée des chateliers, refuse la tranchée du loup mortier et recul dans la croix gravelle. Puis défaut, presque au même endroit que le premier relancé. Nos maîtres d’équipage laissent faire les chiens, qui travaillent assiduement. Puis Jean-marie nous renseigne sur une vue de Michel, en avant, au niveau de la tranchée des fous bernard. Nous reprenons les chiens et partons à cette vue, tandis que toujours la même chienne d’Yvan arrive tranquillement, à son train et par la vue, à la vue de michel. Les chiens en refont bien en rentrant dans Pierres aigues et descendent vers la route forestière de Vallée Létrie, buttent à la route et remontent dans les sapins. La chasse tourne un peu au niveau des sapins dans pierres aigues et balancé. Puis défaut, de nombreux retours sont fait, les cavaliers descendent de cheval pour fouler l’enceinte, à la recherche de notre capucin, car il ne semblerait qu’aucune voie ne sort de l’enceinte. Nous foulons pendant prés de 40 minutes, quand nous arrive un renseignement de « Débucher » (piqueux du Rallye Perseigne) et des boutons d’Yvan, qu’un lièvre est vu faire la route forestière des deux lacets sur 100 mètres et rentrer dans l’enceinte de houx du loup mortier (ceci à quelques 500 mètres de l’endroit où nous nous trouvons en défaut) ???? Mais par où a-t-il pu sortir ? Ne trouvant rien, nous décidons de partir sur le renseignement. Mais le temps d’une heure s’étant écoulé, le vent et … peut être pas notre lièvre de chasse, les chiens n’en referont jamais !!!! Nous foulons pendant prés d’une heure l’enceinte du Loup Mortier, entre la tranchée du loup mortier et la ligne du clocher de Perseigne, mais en vain, malgré de nombreux retours.

Nos trois maîtres d’équipage décidèrent de sonner la rentrée au chenil. Il est alors 17h30.

 

Nous rentrons les chiens et chevaux au chenil et nous retrouvons à « Neufchâtel » à la maison des Randonnées, avec l’Equipage Piqu’Harville, pour un bon repas. Une soirée qui fût bien animé avec chansons d’après chasse et une très bonne convivialité entre les deux équipages.

 

Une soirée qui s’éternisa un peu dans la nuit avec Michel, Jérôme, Romain, Elodie, Cindy, Hubert, Cédric avec un excellent cru de digestif « vert » et un nouvel amis connus des lieux, M Ragot, pêcheur à l’écureuil et buveur de bière « pêche, calva »

Bonne crise de rires !!!!!!

chasse du 09/03/2009 à Pérrochel

Chasse du 22 mars 2009

 

 

RDV  à Pérrochel

 

Invitation de M le Duc Henry Jacques CAUMONT LE FORCE

 

Temps : Ciel bleu et ensoleillé, chaud, malgré la gelée matinale

 

Chiens : 23 chiens

 

Boutons présents :  

 

·        M et Mme Serge GUILLET

·        M et Mme Hubert GUILLET

·        M le Duc Henry jacques CAUMONT LA FORCE

·        M Michel POIDEVIN

·        M Jean Claude GOUET

·        M François DENIAU

·        M Laurent LACROIX

·        Mme Patricia DUPONT

·        M Benoît BOUDIER

·        Melle Amélie TERRIER

·        Melle Perrine GOUET

·        M Cédric BIGOT

 

Sympathisants et invités de l’équipage :

 

·        M et Mme Michel TERRIER

·        Des amis de M le DUC

 

 

 

La chasse :

 

RDV à 11h30, au château de Pérochel, pour un petit rapport convivial en présence de M le Duc.

Nous décidons de monter attaquer dans le « roncier ». Quelques chevreuils prennent la fuite à notre arrivée ! Nous foulons vers le haut du roncier. Quelques minutes se déroulent et « Tayaut !!! » Un beau capucin de bois se lève devant les chiens et monte vers le haut du roncier. La chasse se fait tourner un peu dans l’enceinte. Une vue est sonnée par Laurent ! Puis la chasse redescend vers le bas du roncier, un autre vu est sonné par Michel, puis Serge ! Les chiens mènent bien. La chasse sort du par cet prend direction le village de St Aubin, contourne la ferme en arrivant sur Pérochel et descend vers les peupliers qui bordent la « Sarthe ». Notre capucin se fait tourner une bonne demi heure dans les peupliers, rusant dans les coulées, dans les rayes de labour,… Les chiens tombent en balancé en bordure des peupliers, puis relance notre capucin. Mais malheureusement, un autre lièvre tapé à 2 mètres du nôtre, se lève aussi et sème la zizanie ! Notre meute se sépare en deux lots. Le temps de reprendre les chiens pour les remettre sur la bonne chasse, notre capucin débuche avec 4 chiens en direction de St Aubin. Avec quelques minutes de retard, nous rejoignons Benoît, mais nous nous trouvons dans l’obligation d’arrêter, car la chasse rentrait dans le bourg de St Aubin.

Nous décidons de retourner au château pour faire boire, hommes et chiens, avant de ré attaquer.

Chose que nous eûmes beaucoup de mal à faire à cause de la chaleur et du manque de voie.  Nous ré attaquons, mais décidâmes d’arrêter et de rentrer car les chiens ne m’emmènent aucune voie, malgré les vues !!

Il est environ 16h, nous nous retrouvons autour d’un petit pique nique sur les pelouses du château, agrémenté de quelques fanfares, avant de rentrer au chenil !!

 

Ps : M le Duc, aurait vu deux capucin le lendemain matin, se taper une petite causette bien amusante sur la journée de la veille, et les soupçonne même de lui avoir fait un geste bien déplacé.

 

chasse du 9 mars 2009 en forêt de Perseigne

 

Chasse du 09 mars 2009

 

 

RDV  à Fontaine Pesée

 

Invitation de M. PATTARD et M. TAMISIER

 

Temps :    soleil

 

Chiens :     18 chiens dont 4  « C » 

 

Boutons présents :  

 

  à cheval :

 

·       M et Mme Hubert GUILLET

·       M Jean-claude GOUET

·       M Jérôme GOUET

·       M Benoît BOUDIER

 

 à pied :

 

·       M Laurent LACROIX

·       M Michel POIDEVIN

·       M Yannick HELARY

·       M François DENIAU

·       M Jordan ROCHER

·       Mme Isabelle GOUET

·       Mme Patricia DUPONT

·       Melle Elodie FARCY

 

Sympathisants et invités de l’équipage :

 

·       M Bertrand BOUDIER (à cheval)

·        

 

 

 

La chasse :

 

 

RDV à Fontaine Pesée à 13h  

Nous foulons l’enceinte des « houx jaunes », pendant 30 min, mais nous nous rabattons sur «  le pont des nauds », car nous ne trouvons pas de capucin.

Arrivé au « pont des nauds », Bertrand lève un lièvre, et tout de suite les chiens empaument la voie.  Ils sont criant et vont très vite ! La chasse file sur les « hantelle ». Une vue est sonnée par Benoît. Notre capucin rentre de nouveau dans le «  pont des nauds », saute le pierret de « vaubezon », le « bois au curé », débuche et rembuche aussitôt au « pont des nauds ». La chasse prend les « malzonnieres » et monte jusqu’au carrefour des « grands cerfs  ». Hubert le voit redescendre par le ruisseau pour rentrer dans les « hantelle », mais les chiens sont en balancé au carrefour des « grands cerfs », et seul Astérix arrive par la voie et maintien notre capucin. Le temps que les cavaliers fassent rallier le reste de la meute, Astérix saute le pierret des « hantelle », et de l’autre côté, tombe en défaut. Nous arrivons avec du retard et à pied pour travailler le défaut, car il y a des têtes de chêne dans tous les sens dans cette parcelle. C’est alors qu’Affût coule sous une souche au bord du pierret, et….. TAYAUT !!!!! Au pied de Jordan, Lolo, Elodie et Hubert !!! Le doute s’installe.... mais Jordan constate qu’il n’y a pas de gîte et que notre capucin était rasé dans l’eau. La chasse repart tambour battant, dans les « hantelle ».Dans « hantelle », nous tombons en défaut tout les 300m, mais les chiens relèvent a chaque fois très bien la voie. Hubert revoit notre capucin au pierret du « pont des nauds » avec peu d avance. Mais ce dernier décide, après 1h00 de chasse, de débucher !!!! Nous reprenons les chiens au premier défaut en débuché, car il y a une telle population dans cette zone,  que les lièvres se lancent aux quatre coins cardinaux. Si bien que c’est inchassable !!!! Il est  alors 16h45.

 

Nous décidons de rentrer en forêt et réattaquer au « bois au curé», sur un lièvre que Jérôme vient de voir. Hubert met les chiens à la voie. La meute  rapproche tranquillement. La voie se réchauffe un peu plus chaque seconde.  Une vue est sonnée sur le pierret et les chiens partent à une vitesse folle. C’est reparti !!! La chasse prend le «  pont des nauds », les «  hantelles », saute la « tranché des courbes », le « buisson rond », saute le pierret de la « verrerie » et longe le ruisseau sur plus de 800m. Les chiens sont criants et en veulent, ils montent dans la « verrerie », font un bout de la ligne du « gravier » et finissent par sauter la route d’Alençon – Mamers. La route d’Alençon est une route départementale, où la circulation est très intense ! Devant le danger de la route et la présence d’aucunes voitures et boutons de l’équipage sur cette dernière, Hubert décide de reprendre les chien. Malheureusement, les chiens en voulaient ! Et d’après les bûcherons travaillant sur le secteur, notre capucin n’avait et ne prenait plus beaucoup d’avance. La Rosalie est sonnée, il est 18 h.  Nous retraitons au carrefour de «  Blanche feuille »

 

CR d’Hubert GUILLET

 

 

 

Chasse du 08 mars 2009 à La Gastine

 

Chasse du 08 Mars 2009







RDV à la « Gastine »



Invitation de M. Benoît DUPUY et M. Guy-rené DE PIEPAPE



Temps : soleil



Chiens : 16 chiens



Boutons présents :



· M et Mme Serge GUILLET

· M et Mme Hubert GUILLET

· M et Mme Jean-claude GOUET

· M et Mme François DENIAU

· M Laurent LACROIX

· M Michel POIDEVIN

· M Jérôme GOUET

· M Jordan ROCHER

· M Jean-pierre ROCHER

· M Romain LIGOT

· M Bastien LACROIX

· M Benoît BOUDIER

· Mme Patricia DUPONT

· Melle Elodie FARCY

· Melle Perrine GOUET

· Melle Amélie TERRIER

· M Guy René DE PIEPAPE



Sympathisants et invités de l’équipage :

· Melle Cindy ORIOT

· M et Mme Benoît DUPUY

· M Jean-michel LIGOT

· M Michael CHESNAY

· M Christian LALOU

· Melle Amélie PICHON et deux amis

· M Léon LALANDE et ses actionnaires

· M et Mme Michel TERRIER

· M Michel DUVAL







La chasse :





RDV à 11h30 à la « Caillere » pour le café et les croissants offert par Léon et ses actionnaires



RDV à 12h, au bout de l’allée du château de « Frebourg»



Nous partons attaquer dans les garennes. Et aussitôt, les chiens attaquent ! Ca va très vite les chiens crient à pleine gorges et chargent à une vitesse folle. Si bien que nous ne pouvons les suivre. Mais il faut avouer que sans nous, ils font un merveilleux travail. La chasse saute la route de « Pervenchere », fait tête vers la route de « Frebourg » et recule. Notre capucin est au nez des chiens, Romain le voit rentrer dans une haies. Les chiens surhallent un peu la voie, mais nous les rappelons. Et "TAYAUT !!!!" au pied de Jordan. Notre capucin est relancé à vue, il fait droite gauche et s’affole un peu ! A vue devant les chiens, mais avec peu d’avance. La chasse va bon train, fait tête vers les « buttes de la nues », saute la route de « Pervencheres », pour rentrer a « à ». Nous avons du mal à suivre et arrivons malheureusement au moment du défaut. Défaut, qui ne sera pas relevé!!!! Malgré une chasse de 50min intensive et des retours effectués pendant prés d’une heure.



Nous décidons donc de ré attaquer, mais cette fois ci dans les bois de la « Gastine ». L’attaque ne se fait pas attendre, de nouveau une vitesse folle et criant. M Serge GUILLET (CO Maître d’équipage ) nous sonne la vue. La chasse prend les « Couplonnieres », le « bois carré », le « bois soir », « Frebourg ». Notre lièvre recul dans sa voie. Puis la chasse butte a la route de « Pervenchère », passe a « Frebourg», les « Couplonniere », rentre a la « Gastine ». Et là, les jeunes font des bêtises sur deux chevreuils, alors que tous les "V" et les "A" continuent à bien chasser, mais tombe en balancer quelques temps après. Nous perdons beaucoup de temps à arrêter les jeunes ! Nous effectuons des retours. Et Lolo toujours bien placé, nous sonne la vue, car voit notre capucin retournant aux « Couplonniers »Mais les chiens en refont timidement, ce qui est normal, car nous arrivons avec 30 min de retard. Nous essayons de pousser un peu la chasse, mais sans grande vigueur de nos chiens. Ce qui nous mènera à prendre hélas le sage décision d’arrêter, il est 18h.



Nous retournons au chenil pour soigner la meute et retournons à la « Caillere » pour un bon dîner d’une trentaine de convives et une soirée pleine d’une bonne ambiance d’après chasse (chant, trompes,….)





CR et commentaire final de M Hubert GUILLET, maître d’équipage de la Garenne Tufféenne



« Je suis heureux car journée constructives pour le relationnel, et notamment où les actionnaires à tir de Léon, se sont beaucoup interessé et ont posé bon nombres de questions ! Voulant même revenir et que l’on revienne l’année prochaine, peut-être chez eux !!!! »

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site