COMPTE RENDU DE CHASSE

CHASSE DU 13 JANVIER 2013 A ALLIERES

Chasse du Dimanche 13 janvier 2013

RDV à la ferme de la « Grande chaise », à Allières (72)

Invitation de la Famille NEGRE

Temps : Nuageux

Chiens : 18 chiens

Boutons présents :

  • M Serge GUILLET

  • M et Mme Hubert GUILLET

  • M François DENIAU et Alice

  • Mlle Amélie TERRIER

  • Mlle Amélie DENIAU

  • M Laurent LACROIX

  • M Benoît BOUDIER

  • M Cédric BIGOT

  • M William ZALKIND

  • M Charles LEJARD

Sympathisants et invités de l’équipage :

  • M Alexandre NEGRE

  • M Jean-Luc PAVILLON

La chasse :

11h, RDV à la Ferme de la Grande Chaise

Nous foulons les pâtures en bordure de la ferme, remontons dans les tailles de hêtre, foulons les hauteurs d'Allières au dessus du chemin de la grande chaise et redescendons vers la parcelle de châtaigniers en longeant la bordure de plaine, sans trouver la trace d'un capucin.

12H 30 , nous n'avons toujours pas connaissance de capucins.

Nous foulons l'ancien engrillagement de la carrière et descendons dans les tourbes sur les fonds d'Allières.

Là, enfin, les chiens lancent un capucin, qui prend vite de l'avance dans les chablis tourbeux de l'étang du bas. Notre lièvre monte sur la carrière, passant par l'ancien engrillagement, les châtaigniers, descend dans les douglas, redescend en bordure de la carrière et file dans les tourbes au niveau de la digue de l'étang du bas, où il fût attaqué. La chasse fait une boucle en domaniale, retourne dans les tourbes et débuche près du chenil du Rallye Perseigne. Les chiens chassent désameutés mais sont très appliqués. La chasse monte en plaine entre Allières et Villaines, où nous reprendrons les chiens, par respect du droit de suite, car notre capucin, poussé par ces derniers, à la sortie en plaine, file en territoire interdit.

Après ce petit intermède, nous retournons en forêt pour ré-attaquer. Ayant eut bien du mal à attaquer ce matin, nous re-foulons une bonne partie d'Allières, en passant par les tourbes, les près et les bois, avant d'attaquer un capucin en dessus de la ferme, dans les grand pins bordant du nouvel engrillagement de la « vierge ». Les chiens chassent à pleine voie. Notre capucin prend la ligne sur 200 m et descend vers le chemin de la « grande chaise ». La chasse remonte dans les pins et traverse la ligne à la « vierge ». Nous entendons les chiens faire une boucle en domaniale et redescendre vers la « vierge ». Notre capucin fait les lignes sur de longues distances et longe le cours d'eau qui descend aux étangs d'Allières. Nous tombons en balancé au pied de ce cours d'eau en bordure des près du haut de la ferme, quand « Toucan » arrivant avec Hubert, reprend une voie à quelques mètres de notre défaut, sur la ligne remontant au nouvel engrillagement de la « vierge ». Nous reprenons les chiens et rallions à la voie de « Toucan ». La meute se récrie et tape avec ardeur au grillage, à en vouloir rentrer dans ce dernier. Nous effectuons rapidement quelques retours, car notre lièvre à beaucoup d'avance, et trouvons la sortie. La chasse reprend de plus belle. Nous montons en débuché sur les près du haut de la ferme. Mais notre capucin amoureux des cours d'eau et des chemins, nous donne du fil à retordre et les chiens perdent peu à peu la voie. Nous chassons alors par bout de voie, en alternant balancés et récrits. Notre capucin avec son avance, rend le travail des chiens plus délicat. les chiens bien qu 'étant appliqués sur les chemins inondés et la queue d'étang, mettent beaucoup de temps à travailler la voie. Nous apprécieront beaucoup le travail des chiens, mais surtout celui de « bat l'eau », qui a le plus travaillé dans la difficulté. La voie se réchauffe tranquillement, et de l'autre côté de l'étang, en domaniale, la meute reprend sa chasse de plus belle. Les chiens sont très appliquées, collent à la voie de notre lièvre, qui avec sont avance s'est permis de faire toutes les lignes possibles et inimaginables, avant de redescendre dans les fond d'Allières. Malgré nos retours, le travail irréprochable des chiens, notre capucin nous laissera à la nuit en défaut final dans les chablis, inondés par les fortes pluies de ces derniers mois.



Malheureusement, nous sonnerons la rentrée au chenil !

Le cœur grisâtre car les chiens méritaient de prendre pour cette belle chasse, mais aussi « léger », car nos chiens nous ont fait passer une très bonne journée, en nous montrant un travail sage, soigneux et appliqué dans des terrains délicats et par une voie difficile.

CR de bibi

HOMMAGE A VICHY

HOMMAGE

A

VICHY

Nous rendons aujourd'hui un grand hommage à une de nos chiennes, qui restera dans nos pensées et notre cœur !

Nous te souhaitons de belles chasses auprès de Saint HUBERT !!

Bon vent ma vichy !!!!!

chambord-2007-0011.jpg

sthubgt2010-023.jpg




g-t-r-p-047.jpg



Saint Hubert 2012 à St Aubin de Locquenay

Chasse du Samedi 1er Decembre 2012

Saint Hubert

RDV à Saint Aubin de Locquenay ( Sarthe 72) à 10h30 pour la messe de Saint Hubert

Invitation de M . le Duc Henri-Jacques DE CAUMONT LA FORCE

Temps : Beau avec gelée matinale

Chiens : 18 chiens

Boutons présents :

  • M et Mme Serge GUILLET

  • M et Mme Hubert GUILLET

  • Mme Catherine GESLAND

  • Mlle Amélie DENIAU

  • M Étienne BELLIARD

  • M Laurent LACROIX

  • M Benoît BOUDIER

  • M Jérôme GOUET

  • M Bastien LACROIX

  • M Cédric BIGOT

  • M Romain LIGOT

  • M William ZALKIND

  • M le Duc Henri-Jacques DE CAUMONT LA FORCE

  • M Guy-René DE PIEPAPE

Nouveaux boutons :

  • Mme Cindy ORIOT

  • Mlle Mélanie TORIBIO

  • M Charles LEJARD

Sympathisants et invités de l’équipage :

Nos fidèles amis sonneurs qui nous font le plaisir de nous honorer de leur présence pour notre messe de Saint Hubert, ainsi que nos fidèles amis suiveurs de l'équipage.

Avant chasse :

Notre messe de Saint Hubert est faite dans la paroisse de Saint Aubin de Locquenay au son des trompes des amis de l'équipage de la Garenne Tufféenne. dec-2012-006.jpg

Elle sera suivi de la traditionnelle bénédiction de chiens sur le parvis de l'église, ainsi que du « pot de l'amitié » dans la salle des fêtes communale, avec la paroisse et nos sympathisants.

dec-2012-007.jpg

Un petit rapport est effectué pour rappeler les consignes de chasse et remettre les épingles aux nouveaux boutons. Nous saluerons donc la venue au sein de l'équipage de : dec-2012-016-1.jpg

  • Mme Cindy ORIOT

  • Mlle Mélanie TORIBIO

  • M Charles LEJARD

La chasse :

12h30 . Le rendez-vous se fait au « château de Pérrochel », propriété de M le Duc De Caumont la Force, au son de quelques fanfares.

Nous foulons quelques mètres, puis l'attaque ne se fit pas attendre. Les chiens lancent un capucin dans l'enceinte de la grille, qui saute l'allée du château et fait tête vers la « basse cour » et les met rapidement en défaut. Nous effectuons des retours au niveau de la «  basse cour », mais en vain. Alors nous foulons pour ré-attaquer, mais la voie semble être bien volatile et légère avec le dégel. Ne trouvant pas de capucin, par acquis de conscience, nous retournons à notre défaut. Le chiens empaument une voie qui semble un peu haute, mais ressemble à une double de notre capucin. Une vue de M . Tamisier retenti sur l'allée du château. Benoit porte alors les chiens à la vue, sur la demande d'Hubert, mais les chiens ont beaucoup de mal à se récrier. Au même moment Étienne, bien placé en avant, voit notre capucin traverser au niveau des poulaillers et appuis les chiens. La voie se réchauffe et les chiens chassent beaucoup mieux. Nous tombons en défaut à la ligne des lagunes. Hubert reprend les chiens, descend le chemin sur 800 mètres et retrouve la voie entrant dans un champ de colza. Asterix et Capucin empaument la voie et entrainent le reste de la meute vers la Sarthe. Nous laissons faire les chiens, car ces derniers sont appliqués et travaille d'eux même très bien dans les pâtures. Ils effectuent un super travail sous nos yeux. Nous tombons en balancé dans une prairie en bordure de Sarthe, Hubert et Romain décident de retourner au niveau du dernier récrit des chiens pour travailler leur défaut. Là, Benoit met le pied sur notre capucin ! « Tayaut !!! » c'est un magnifique relancé au nez des chiens. Ça crie à pleine gorge. Notre capucin n'arrive pas à prendre de l'avance, il longue la Sarthe et va se taper au bord du pont dans la commune de St Aubin, à raz de l'eau, sous les yeux de Laurent, Charles Velot et Sandrine. Nous avons alors le droit, à un magnifique relancé à vue. Mais la meute se divise, car au moment du relancé un autre lièvre gît de son gîte. Une moitié de la meute poursuit son capucin de chasse, le prennent et le laisse pour rallier après cette prise, l'autre partie de la meute sur la chasse avec le lièvre frais. Nicole et Gérard récupèrent notre capucin pris dans la cour d'une maison.

14h Nous décidons de continuer à chasser le lièvre que nous venions de lancer, plutôt que de repartir au château pour ré-attaquer, avec l'accord de notre hôte. La chasse va bon train, deux relancés en l'espace de 20 mins, dans les cultures en bord de Sarthe. Les chiens sont parfaitement appliqués et « volent ». Au dernier relancé, notre capucin, remonte de la Sarthe et saute la route de St Aubin. La chasse fait tête vers la route de la Fresnaye, saute le goudron de Douillet et fait tête vers Pérrochel. Encore une fois, les ruses de notre animal de chasse nous mettent en défaut, puis relancé dans une jachère. « les chiens lui soufflent dans le poils ». Notre capucin recul voie dans voie, saute la route d'hottereau, se gîte et se fait à nouveau relancé dans un petit bois en bordure de la route de Fresnaye. Il sort à Charles Lejard, Jérôme et Sandrine, longe un champ de chaume et vient se taper devant Charles Velot et Laurent. De nouveau relancé, notre capucin accuse de la chasse et ne prend plus d'avance. Il saute la route de Sillet le Guillaume- la Fresnaye, devant les voitures de chasse. Notre lièvre descend en bordure de la Sarthe et remonte le coteau par une falaise. Charles V et Jérôme sont au chiens. Les chiens sont appliqués et entrent en chassant dans u pavillon, où nous nous voyons dans l’obligation de reprendre les chiens et arrêter. Les propriétaires des lieux nous demandent de nous retirer, chose que nous ferons avec courtoisie. Notre lièvre est à ce moment là tapé dans une haie de thuya, ride pris et à bout de souffle. Il sera pris à la main par les propriétaires des lieux et relâché plus tard. Le geste est fait, nous décidons de le gracier.

dec-2012-030.jpg

Nous remontons tous au château de Pérrochel pour faire curée de notre premier lièvre de chasse.

Les honneurs sont fait à :

  • M le Duc DE CAUMONT LA FORCE

  • à la Famille BIGOT ( via Cédric Bigot)

Nous nous retrouvons ensuite à la salle communale de Saint Aubin de Locquenay pour partager un bon et joyeux repas de Saint Hubert

Merci à Serge, Nicole, Sandrine, Hubert ( la famille GUILLET) pour l'organisation et la passion que vous donnez à votre équipage.

CR Hubert GUILLET


dec-2012-006-1.jpg



Chasse du 7 mars 2012 en forêt domaniale de la petite charnie

 

chasse-du-7-mars-en-petite-charnie.doc

 

Chasse du 7 Mars 2012

 mars-2012-020.jpg

 

RDV en forêt domaniale de la « Petite Charnie »

 

Temps : froid et pluvieux

 

Chiens : 20 chiens

 

Boutons présents :

 

  • M et Mme Serge GUILLET ( à cheval )

  • M et Mme Hubert GUILLET ( à cheval )

  • Mme Catherine GESLAND

  • M Laurent LACROIX

  • M Cédric BIGOT

  • M Romain LIGOT ( à cheval )

 

Sympathisants et invités de l’équipage :

 

  • M et Mme LIGOT Jean-Michel ( à cheval )

  • M Léon LALANDE

 

La chasse :

 

RDV à 11h30 à la maison de chasse

12h30, nous partons fouler la « Nöe du saule ».

Les chiens rapprochent tranquillement et attaque un capucin. Une vue est sonnée (parcelle 22). La chasse descend vers la « grande ligne » et sautent cette dernière. Deux chiens percent dans une double et remontent vers la « Nöe du saule ». La chasse descend, avec ses deux chiens de tête, au niveau du chemin blanc de débuché, où Laurent porté en avant sonne une vue. Hubert rallie avec le reste du paquet en débuché, au niveau de la maison forestière de la « haute bosse ». La chasse descend rapidement sur la « bretonnerie », « l'aune ». Hubert et Romain relancent leur capucin. La chasse remonte sur la « haute bosse », mais notre capucin nous laissera en défaut. La rentrée de forêt ainsi que les retours en plaine seront fait mais sans rien retrouver.

Nous décidons de re-fouler . Nous repartons sur la « Nöe du saule », le « Palesché » et montons sur la « vache noire », mais sans rien trouver, sauf deux capucins mort.

Nous décidons de rentrer à la maison de chasse pour se sécher au coin du feu et partager une bonne grillée.

 

CR de Cédric

 mars-2012-007.jpg

mars-2012-009.jpg

mars-2012-011.jpgmars-2012-013.jpgmars-2012-012.jpgmars-2012-014.jpgmars-2012-015.jpgmars-2012-016.jpg

 

 

 

 

 

Chasse du 19 février 2012

chasse-du-19-fevrier-2012-en-petite-charnie.doc

 

fevrier-2012-159.jpg

Chasse du 19 février 2012

 

 

RDV en forêt domaniale de la « Petite Charnie »

 

L'équipage de la Garenne Tufféenne invite l' « équipage des Portes de Loudon »

 

Temps : Ciel bleu

 

Chiens :

  • 17 chiens pour EGT

  • 14 chiens pour EPL

 

Boutons présents :

 

  • M et Mme Serge GUILLET ( à cheval )fevrier-2012-161.jpg

  • M et Mme Hubert GUILLET ( à cheval )

  • M et Mme Jean-pierre ROCHER

  • M François DENIAU

  • Mlle Amélie DENIAU

  • Mme Catherine GESLAND

  • Mme Patricia DUPONT

  • M Bernard KERLIDOU

  • Mlle Amélie TERRIER

  • M Étienne BELLIARD

  • M Laurent LACROIX

  • M Benoît BOUDIER ( à cheval )

  • M Jordan ROCHER

  • M Cédric BIGOT

 

 

Sympathisants et invités de l’équipage :

 

  • M et Mme Jannick BOURREAU, les Boutons et sympathisants de l'équipage des Portes de Loudon

 

La chasse :

 

RDV à 11h à la maison de chasse des « Pâtisseaux »

fevrier-2012-152.jpg

12h, nous partons pour la chasse. Nous montons fouler la « Noë du Saule », en longeant la bordure de débuché. Une vue vient à nous dans les tailles de hêtres. Les chiens sont joyeux, vif, voir un peu trop, et c'est peu dire, 31 chiens à terre, la meute est chantante, mais la gaité des deux lots de chiens nous fera perdre très vite la voie de notre capucin.

Nous décidons de reprend tout cela et montons vers la « basse bosse », passons la grande ligne et foulons «  la Moulière ». Une vue... les chiens à la voie... la chasse descend vers la « grande ligne » en direction du petit étang. Les chiens sont criant et chassent à vive allure. La chasse longe la « grande ligne », descend dans la «  Triponnière », contourne le « grand étang » et remonte aussi rapidement dans la « Moulière », où notre petit capucin nous laissera en défaut, malgré des retours persistants de nos maîtres d'équipage respectif.

15h, la décision est donc prise de remonter vers la « Noë du Saule » , en foulant tranquillement. Les chiens lancent alors un capucin aux abords du débuché sur les hauteurs de la « Noë du Saule ». La chasse débuche sur la « maison neuve », où les chiens tombent en balancé. Notre capucin est relancé dans un boqueteau, et descend vers les poulaillers de la « Mercerie », où il nous laisse encore en balancé. Après quelques retours, la chasse reprend de plus belle, descend vers « le houx », « la ferrière », se fait tourner dans le « petit freu ». Notre capucin encore relancé, monte en direction du parc de Saint Symphorien. Les chiens tombent en défaut aux abords du parc du château de St Symphorien. Nos maitres d'équipage font de rapides retours pour fermer sans rien trouver. Ils remontent tranquillement sur la zone de défaut et « Tayaut !!! » . Les chiens prennent à vue un capucin, qui remontent vers la forêt de la « petite charnie » entrainant toute la meute, mais malheureusement ce capucin n'est autre qu'un lièvre frais, sortant de son gîte. Pendant cette fraction de seconde, notre capucin de chasse se relève de sa couche et filent se faufiler dans le hameau du « Fromenteau » , sous les yeux de tous.

Le temps de récupérer les chiens quelques kilomètres plus loin, nous décidons de revenir au niveau du hameau, pour demander les droits de suites avec trois ou quatre chiens seulement, mais ne trouvant personne en ces lieux, la décision fut prise de sonner la « Rosalie » Il est alors 17h, nous nous retrouvons autour d'un bon feu.

CR de Cédric

 

fevrier-2012-170.jpg

 

Chasse du 29 janvier 2012 Allières

CR DE CHASSE:

chasse-du-29-janvier-2012-a-allieres.doc

PHOTOS DE LA CHASSE:

https://picasaweb.google.com/112446560658564725460/ChasseDu29Janvier2012ALLIERES?authuser=0&authkey=Gv1sRgCIfT2vLqqPnBYQ&feat=directlink

 

                             Chasse du 29 Janvier 2012


RDV à la « Grande Chaise » à Allières-Beauvoir

Invitation de M. Jean-François NEGRE

Temps :     beau temps et vent d'Est

Chiens : 20 chiens

Boutons présents :

M et Mme Serge GUILLET ( à cheval )
M et Mme Hubert GUILLET ( à cheval )
M François DENIAU
Mme Patricia DUPONT
M Bernard KERLIDOU
Mlle Amélie TERRIER
M Laurent LACROIX
M Benoît BOUDIER
Mlle Amélie DENIAU ( à cheval )
M Cédric BIGOT

La chasse :

RDV à 11H30 à la « Grande Chaise »
Nous montons fouler sur le haut de la ligne de la « grande chaise », vers la « Vierge », sans rien trouver. Nous passons en dessous de la ligne de la ferme et descendons vers la ligne des étangs. Beaucoup d'animaux présents, mais pas de capucins. Nous montons et attaquons au dessus de la carrière. La chasse descend dans l'ancien engrillagement, puis à la rivière de la « Bienne », par les fonds d'Allières. Notre capucin débuche en direction du chenil du « Rallye Perseigne »  et remonte en forêt pour se faire tourner au niveau de la ligne de la « haute roche ». La voie semble être délicate, car les chiens chassent par bout de voie et notre capucin se tape régulièrement. La chasse redescend vers les étang d'Allières avec beaucoup de mal et remonte vers la carrière. Hubert voit notre capucin faire une ligne le long de l'ancien engrillagement, mais les chiens ne donnent que des bouts de voie. L'odeur forte de la forêt remontant du sol, la chaleur  tantôt mêlée à la fraicheur du vent, la voie tantôt criante et tantôt discrète, nous laisse penser que la journée va être peu prometteuse. Nous chassons difficilement  de bouts de voie en bouts de voie, quelques temps, et décidons d'essayer de ré attaquer en changeant d'endroit.
Nous reprenons les chiens et remontons sur les hauteurs d'Allières. Les chiens lèvent un capucin près du carrefour de la « grande chaise » La chasse monte dans les pins, traverse la ligne de la « vierge » et monte en domaniale. Les chiens, cette fois-ci, s'en donnent à cœur joie, criants et rapides, la voie semble être  bien meilleur que dans les fonds. La chasse se fait tourner au dessus de la vierge et redescend vers la « grande chaise » Les chiens descendent à une vue de Laurent, traversent la parcelle déboisée d'Allières et prennent une ligne en criant pleine voie. La chasse file vers l'enceinte d'attaque, mais perd peu à peu d'allant, comme en début de journée. Nous tomberons en défaut final prés de l'enceinte d'attaque. Nous effectuons des retours, mais les chiens ne chassant plus que mètres par mètres, nous décidons de rentrer au RDV .


Cr de Cédric

 

dsc00558.jpg

 

dsc00528.jpg

 

dsc00535.jpg

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site